Depuis plusieurs années, c’est la tradition, c’est l’année « Alpes » pour cette année 2021 impaire et le destination choisie n’est pas très loin de Dijon : ce sera Chambéry en Savoie ! À Challes-les-Eaux (camping Le Savoy) plus exactement.

Pour ces vacances estivales d’une durée de 15 jours à cheval entre juillet et août, je réaliserais 10 sorties. En jonglant avec une météo capricieuse et en privilégiant aussi le temps à passer avec mon épouse, j’ai pu grimper une bonne quantité d’ascensions réparties entre le Massif des Bauges, le Massif de la Chartreuse, le Massif du Jura et même le Massif du Beaufortain !

La récolte fut très bonne : 21 cols différents dont un « 2000 », 565 km et 12 720 m de D+ !


Lundi 2 août 2021 / 50,7 km / D+ 1821 m / 5h34 / Belles éclaircies, nuages sur les sommets, vent frais dans le final

La plus « grosse » sortie de mon séjour ! Seulement 50 km ?! Oui mais avec 1820 m de dénivelé positif dont la majorité s’étale sur les 37 premiers kilomètres ! Le Cormet d’Arêches sera le seul « 2000 » de mon séjour estival à Chambéry. Oui mais vous vous dites qu’il y a un petit hic… situé dans le Massif du Beaufortin, le Cormet d’Arêches n’est vraiment pas à côté de Chambéry !

En effet, cette sortie va être vraiment spéciale car je vais réaliser une approche originale : rallier le point de départ de ma sortie à Moûtiers dans la Vallée de la Tarentaise non pas en voiture mais en… train !

Ce sera pour plusieurs raisons :

  • d’abord l’envie de tenter l’expérience après avoir souvent suivi les aventures (péripéties assez souvent !) de mon ami Idris qui est un adepte convaincu des approches en train,
  • l’occasion un peu unique de grimper ce col pas facile d’accès car situé assez particulièrement d’un point de vue géographique,
  • de réaliser cette sortie matinale sans trop déranger mon épouse. Cette dernière me rejoindra plus tard en début d’après-midi pour joindre l’utile à l’agréable en terminant la journée avec un pique-nique et une belle balade en voiture dans le Beaufortin.

Le Cormet d’Arêches m’attirait beaucoup aussi par son aspect méconnu, par son aspect sauvage avec ses derniers kilomètres en format piste et par la possibilité d’ajouter définitivement à ma collection, les deux seuls « Cormets » des Alpes après avoir déjà grimpé deux fois celui de Roselend.

En grimpant la principale variante Sud depuis Aime-la-Plagne – 20,3 km avec D+ 1474 m à 7,5% de moyenne,  je n’allais pas être déçu !

J’en profiterais aussi pour découvrir l’autre versant du Cormet d’Arêches en descendant vers Beaufort pour y rejoindre mon épouse qui aura fait le déplacement en voiture depuis Challes-les-Eaux.

Lire la suite

Les profils du Cormet d’Arêches ont été mise à jour.