Toutes les ascensions à vélo des Alpes !

Montée d’Entrevernes

Final de la Montée d’Entrevernes (photo Alexandre Ardouin)

Afin d’échapper à la foule estivale autour du Lac d’Annecy ou bien des grandes ascensions voisines plus renommées (Col de Leschaux, Semnoz, Col de la Forclaz de Montmin), vous pouvez vous réfugier dans la très discrète Montée d’Entrevernes – 1142 m.

Au départ de Duingt, au croisement de la piste cyclable qui fait le tour du Lac d’Annecy, c’est une montée en aller-retour très sauvage, calme, avec des vues magnifiques sur le Lac d’Annecy en bas et sur les Bauges en haut (Montagne d’Entrevernes, le Taillefer, Roc des Bœufs), en montant vers Entrevernes. Attention, à l’image des ascensions voisines (Semnoz, Col de la Forclaz de Montmin, Station de la Sambuy), c’est une coriace grimpette de 10,1 km à 7% de moyenne !

La pente tourne souvent autour des 7/8%, un plat assez court dans le village d’Entrevernes pour souffler un coup puis ça se cabre à nouveau après la bifurcation vers une étroite route d’alpage (attention, boueuse par temps humide) qui monte au sommet avec des passages courts à 10/12%.

Au bout, l’asphalte s’arrête sur un simple parking, juste avant le ruisseau de la Mine, avec un sentiment de bout du monde seul au milieu des alpages.

Contibution : Alexandre Hardouin

Pour ceux équipé d’un VTT ou non… les Chasseurs de Cols n’hésiteront pas à y aller par n’importe quel moyen ;-), il y a la possibilité d’atteindre le Col de la Frasse (alt. 1379 m) avec un chemin de 1,5 km à 2,5%.

Massif des Bauges

Montée d’Entrevernes

Distance : 10,1 km
Départ : Duingt
D+ : 694 m
% moyen : 7%
% maxi : 8,5% sur 1,5 et 1,4 km

  1. Jean

    Salut Joris, je visite ton site en dilettante depuis quelques années, et je prends enfin la plume pour laisser un commentaire sur cette montée peu fréquentée et à l’écart des circuits balisés de la région d’Annecy, mais je tiens tout d’abord à te féliciter pour l’ensemble de ton oeuvre, c’est une mine d’information et toujours très agréable à lire, mille fois bravo. J’ai la chance d’habiter sur Annecy depuis une quinzaine d’années et je me suis mis au vélo de route il y aura bientôt 10 ans. La montée sur Entrevernes en A/R depuis Annecy fait partie de mes sorties classiques « en soirée », lorsque j’ai envie de profiter d’une belle fin d’après-midi et peux aller rouler 2 heures ou 2 h30. C’est la plupart du temps un grand plaisir, même si (ou bien parce que?) c’est une montée bien raide, on se retrouve rapidement dépaysé en quittant la piste cyclable du lac. La montée en direction du col de la Frasse au dessus d’Entrevernes est particulièrement bucolique, effectivement au milieu des Alpages, des troupeaux de Tarines et d’Abondances. Le fait est que ce soit un « cul-de-sac » explique également la relative tranquilité, et la solitude de l’endroit ajoute à son charme. Enfin, évidement la descente est grisante (on comprends mieux pourquoi on en a autant ch*é à monter!), avec les points de vue magnifiques sur le lac aux eaux turquoise dans son écrin de montagne. Attention parfois à la circulation avec les autochtones (qualificatif que j’emploie ici avec affection 😉 ) la relative tranquilité de cette route fait qu’ils se laissent parfois un peu aller et ne sont pas toujours préparés à croiser ou bien doubler un cycliste au détour d’un virage… Et dernier petit conseil, ce vallon est un véritable frigo; dès que le soleil se cache en fin de saison, la température chute très vite, et j’ai le souvenir de froid mordant à la descente lors de sorties en Octobre par exemple, ne pas oublier la petite laine!
    Amitiés cyclistes, Jean

    • Bonjour Jean, un grand merci pour ton message très sympa. Oui, cette montée d’Entrevernes sait se faire discrète mais est bien connue des cyclistes locaux désireux de s’offrir un moment de calme loin de l’effervescence autour du Lac d’Annecy mais aussi un petit challenge sportif. Il y aussi le Col de Cherel – même s’il est difficilement cyclable avec un vélo de route jusqu’au sommet – dont le profil est dans ma liste des courses à faire. Dans tous les cas, les culs-de-sac sont mal aimés de la plupart des cyclos mais c’est pourtant là qu’on y trouve bien plus de calme et ils réservent aussi leur lot de bonnes surprises. Bien à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén