Toutes les ascensions à vélo des Alpes !

Chalet de l’Ébaudiaz

Chalet de l'Ébaudiaz

Superbe panorama au Chalet de l’Ébaudiaz (photo montagne.plisson.org)

Le Chalet de l’Ébaudiaz – 1630 m – est une montée sèche, située non loin d’Albertville au sein du petit Massif de la Lauzière, qui gagne à être connue…

Attachez les ceintures à la lecture des chiffres suivants :
16,4 km à 8% de moyenne,
1295 m de dénivelé positif
et au départ de Notre-Dame-des Millières, pas moins de 40 lacets à grimper jusqu’au Chalet de l’Ébaudiaz ! Une des montées les plus dures de Savoie !

Un défi sportif qui sera récompensé par un superbe panorama sur le Massif des Bauges et la Combe de Savoie ! Au-dessus du chalet, le sommet de La Grande Lanche (2111 m), destination appréciée des randonneurs.

Chalet de l'Ébaudiaz

Massif de la Lauzière

Chalet de l'ÉbaudiazVERSANT OUEST

Distance : 16,4 km
Départ : Notre-Dame-des Millières
D+ : 1295 m
% moyen : 8%
% maxi : 11% sur 300 m

  1. gonnet laurent

    bonjour , je voudrai savoir si la montée du chalet de l’ébaudiaz est praticable en vélo course jusqu’en haut .. voir état du bitume .
    merci

    • Bonjour Laurent, je ne connais pas l’état du bitume jusqu’au Chalet de l’Ebaudiaz mais c’est sûrement cyclable en vélo de route. Par contre, comme toutes les petites routes de montagne menant à des destinations un peu particulière (ici c’est un cul de sac), il est clair que l’asphalte ne sera pas de premier choix. Ça passera très bien en montée, il faudra juste être prudent à la descente. En tout cas, je suis sûr que cette ascension vaudra le coup, bon challenge sportif, un nombre impressionnant de lacets, une destination inconnue, des points de vue inédits, je la programmerais sans aucun doute lors de ma prochaine visite dans la région !

      • Vitse Aurelien

        Montée faite ce jour !
        Montée très difficile, aucun replat mais régulière. Le dernier lacet est terrible (plus de 10%).
        Comme il a pu être précisé, la montée est rendue difficile par l’état de la chaussée très dégradée à partir du kilomètre 5 (des gros trous, graviers, caillou …) mais cela est plus problématique pour la descente où il faut être très vigilant et prudent (quasiment tout le long sur les freins pour éviter les pièges et la chute).
        À l’arrivée au chalet il y a une fontaine et un départ de parapente qui est plutôt sympathique si on a la chance d’y assister comme aujourd’hui.
        Bon courage si l’envie vous prend de gravir ce beau morceau !

        • Bonjour Aurélien, d’abord félicitations pour cette terrible ascension du Chalet de l’Ébaudiaz. 16,5 km à 8% de moyenne, ça cause quand même. Tes précisions seront bien utiles pour les futurs cyclos qui auront le courage de s’y frotter !

  2. Navetat

    Le 30 sept 2021
    A voir le profil on serait tenté de croire que c’est une très belle ascension, sportive et magnifique mais il n’en est rien, j’habite à 3km du pied et surtout ne tentez pas l’aventure, ou tout du moins pas en vélo de route ordinaire, à la limite avec un Gravel ou mieux un VTT.
    J’y suis allé il y a maintenant une quinzaine d’années et dans la descente j’ai explosé un pneu, toujours sur les freins à éviter les nids de poule et autres pièges.
    J’ai un voisin qui à une habitation d’été à quelques kilomètres du sommet et il m’a dit que la route n’a jamais été entretenue, par endroits il n’y a même plus de goudron.

    • Bonjour Serge, merci pour vos indications. Dommage que cette route ne soit plus très bien entretenue.

      • Mich_du_42

        Bonjour les cyclos, fait ce mois de septembre 2022, vélo de route. Route de plus en plus en mauvais état, effectivement : trous plus ou moins profonds, gravillons, bitume souvent absent dans la forêt … qui dure un bout de temps !! Le dernier kilomètre enfin à découvert me semble quasi le plus difficile mais cela peut venir aussi des 15 précédents !! La route est enfin en moins mauvais état, c’est peut-être pour cela que les excréments des animaux de la petite ferme au sommet viennent se mêler aux gravillons.
        Heureusement, au sommet, la vue est incomparable.
        Très grande prudence dans la descente du fait des nombreux pièges évoqués, passages de gués aussi (où la pente me semble la plus difficile avant celui où coule un « ruisseau » (il y a une retenue au-dessus dont on aperçoit le mur de soutènement transpercé d’un tuyau par où s’écoule l’eau (bien fraiche !!)).
        J’ai aussi tout fait sur les freins, bonjour les biceps et le mal aux doigts (malgré les gants et un super cadre carbone qui absorbe bien les chocs …). Et pis vigilance vis-à-vis des voitures aussi. Les touristes sont compréhensifs, les autochtones un peu … beaucoup ! moins !!
        Pardon d’avoir été aussi long mais bravo pour le repérage des toutes les grimpettes de ton site 🙂 🙂 (j’en ai fait une qui n’est pas (encore 🙂 :)), inventoriée aujourd’hui, au départ de Cevins jusqu’à Bénétant (je me suis cru dans le mont du Chat, sans parler de l’état de la route (privée) sur les 4,5 km derniers km, qui sont beaucoup plus faciles mais attention aux trous, gravillons, absence de bitume). C’est tout proche de La Bathie (j’ai enchainé avec la croix de Dormiaz ensuite, l’état de la route n’est vraiment pas terrible non plus …). J’ai pas vu souvent 2 chiffres à ma vitesse mais sur la pente si là aussi !! 🙂 🙂
        PS : comment font les italiens ou espagnols dont les routes sont en majorité en super état même en haute montagne !!!??? 😉 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén