Toutes les ascensions à vélo des Alpes !

Catégorie : alpes4ever Page 1 of 44

Ma RGA – récit de l’étape 5 : Le Monêtier-les-Bains > Jausiers

Dans le Col d’Izoard…

Le départ

Mercredi 3 août 2022, levé à 6h45. Un levé « matinal » car aujourd’hui, il y a une grosse étape au programme : l’enchaînement de deux « 2000 » avec les Cols d’Izoard (2360 m) et de Vars (2108 m), une longue distance avec 106 km et une petite orgie de dénivelé avec 2266 m.

Et une fois n’est pas coutume, c’est le parcours V3 qui propose cet itinéraire et qu’il me faut absolument suivre si je veux respecter le tracé officiel de la Route des Grandes Alpes qui chevauchera aujourd’hui les départements des Hautes-Alpes (franchi la veille au Col du Galibier) et des Alpes-de-Haute-Provence.

Le parcours V2 propose un autre itinéraire plus « soft » avec les « Balcons de la Durance » en première partie au lieu du Col d’Izoard puis le Col de Vars en seconde partie. Philippe, Louis, Michel, les sœurs Cynthia et Sarah, Aymeric et son père Gilles (qui habituellement fait la V3 mais il s’était « réservé » pour un « petit » extra en fin d’étape…) se lanceront sur les 102 km / 1646 m de D+ prévus au programme de ce parcours V2.

Le parcours V3 sera emprunté par Paul, Ralf, Philip, Steven et Shirley, Vincent et Marion, Simon, Mathilde et donc Richard et moi.

J’ai embarqué Richard, avec qui je m’entends très bien, dans mon aventure en réussissant à le convaincre (il voulait faire au départ le parcours V2) qu’il fallait vraiment grimper le Col d’Izoard, qui est à mon avis, l’un des plus beaux cols des Alpes et du voyage. Venant tout de même du Québec (le bout du monde quoi !), il n’aurait pas beaucoup d’occasions de le découvrir une autre fois.

Pour ma part, je suis super motivé. J’ai coché cette étape qui est à mon sens, l’une des plus sportives sur le papier avec 2 longues ascensions de 20 km et 1000 m de dénivelé chacune ! Un sacré challenge pour moi que je me vois bien relever… mais ça n’allait pas du tout se passer comme prévu !

Et rien à voir avec mes douleurs aux lombaires toujours là mais qui se sont un peu atténuées grâce au massage réalisé la veille

Lire la suite

Col de Fontbelle

Le Col de Fontbelle – 1304 m – est connu pour être un passage souvent emprunté par le rallye Monte-Carlo mais à part cet aspect, c’est un spot idéal pour les cyclos qui recherchent une ascension dans des paysages magnifiques et très variés. Au sommet, ambiance désertique mais splendide, calme et volupté, vous êtes seul au monde !

Lire la suite

Col de Corobin

Le Col de Corobin – 1211 m – est un passage entre les Vallées de l’Asse et de la Bléone. En traversant de vastes forêts de pins noirs, il ne sera pas à prendre à la légère car il vous proposera des passages difficiles.

Lire la suite

Col du Défens

Le Col du Défens – 1267 m – est complètement oublié du reste du monde  entre les Vallées de l’Asse de Clumanc et de l’Issole.

Lire la suite

Col de Couz

Le Col de Couz – 626 m – est situé entre la Montagne de l’Épine à l’Est et le Massif de la Chartreuse à l’Ouest. Il est surtout symbolisé par le tracé de la D1006 qui est un important lieu de transit entre Chambéry et Voiron… ce qui vous obligera à flirter souvent avec un important traffic routier ! Cependant, la route est large et une bande cyclable vous permettra de rouler en bonne sécurité.

Lire la suite

Col du Banchet

Le Col du Banchet – 590 m – est discrètement situé dans la partie la plus au Sud du chaînon du Mont Tournier qui présente l’aspect d’un mur infranchissable (l’A43 qui passe à quelques hectomètres, n’a pas trouvé d’autre moyen que de le franchir par le long Tunnel de Dullin).

Lire la suite

Col de la Madone de Gorbio

Le Col de la Madone de Gorbio – 925 m – est situé sur les hauteurs de Menton. Ne pas se fier à son altitude fort modeste car les 10 variantes présentées ci-dessous partent du niveau de la mer et proposent des passages très irréguliers, assez soutenus et vous faisant même grimper plus de dénivelé que l’altitude du col avec près de 1000 m !

Lire la suite

Ma RGA – récit de l’étape 4 : Aussois > Le Monêtier-les-Bains

Col du Galibier, seconde plus haute ascension de la Route des Grandes Alpes à 2642 m d’altitude.

Le départ

Mardi 2 août 2022, levé à 7h30. Malgré mes lombaires encore bien douloureuses (voir étape 2…), j’ai passé une nuit correcte. Le corps est un peu las mais tout le reste est en état de route pour une nouvelle étape, et quelle étape !

Quasiment sans transition après avoir gravi la veille le Col de l’Iseran, plus haut col de la Route des Grandes Alpes avec ses 2764 m, il va falloir enchaîner avec le Col du Galibier, second col le plus haut avec ses 2642 m, ouf !

Je me suis vite remis de ma petite baisse de moral à la fin de la troisième étape et suis bien motivé pour une nouvelle belle journée. De plus, j’ai l’esprit un peu plus léger car je sais que le final sera très facile avec une belle descente à partir du Col du Galibier pour rallier Le Monêtier-les-Bains et pas de montée « traître » comme celle d’Aussois la veille.

Et surtout, surtout, surtout… c’est une séance de massage qui m’attend en fin d’après-midi à Monêtiers-le-Bain ! Je l’attends avec impatience en espérant qu’elle fasse du bien à mes lombaires qui ont besoin de soins et de tendresse… hi hi hi !

Par contre, ne mettons pas la charrue avant les bœufs, il y a l’énorme ascension du Col du Galibier via le Col du Télégraphe : soit près de 30 km d’ascension et 2090 m de dénivelé positif à 7% de moyenne !

C’est aussi un petit instant de vérité pour moi, même si j’ai déjà réalisé un enchaînement de 4 jours (voir mon stage Alpes4ever en juin 2019), la barre est beaucoup plus haute avec déjà 287 km depuis le départ et près de 7000 m de D+ au compteur !

Même si c’est une vérité qu’il va falloir surmonter sans trop avoir le choix ha ha ha !

Pour le parcours V2 qui suit le tracé officiel de la Route des Grandes Alpes, il est prévu 83,2 km / D+ 2076 m (données Vélorizons).
Au final, je ferais 86,3 km / D+ 2078 m.

Lire la suite

Ma RGA – récit de l’étape 3 : Bourg-Saint-Maurice > Aussois

Col de l’Iseran – toit de la Route des Grandes Alpes à 2764 m.

Le départ

Lundi 1er août 2022, lever à 7h. Je fais un check-up du bonhomme… pfiou, j’ai les lombaires encore bien douloureuses (voir étape 2), il n’y a pas eu de miracle cette nuit ! Mais j’ai tout de même bien dormi et côté jambes, juste de très légères courbatures, c’est toujours ça de pris sur l’état général. Le départ est prévu pour 8h30.

Cela me laisse le temps d’envoyer mon programme de la journée à mon fil Whatsapp, de me faire une petite toilette, d’appliquer soigneusement la crème Dexpanthénol sur les parties « sensibles » (voir page intro), d’enfiler ma tenue du jour, de préparer mes bidons avec la poudre « Isotonic » et mes petites rations du jour (barres céréales et pâtes de fruits) et enfin de faire mon bagage. Un petit cérémonial que je suivrais les étapes suivantes. Je descends ensuite au rez-de-chaussée pour prendre un copieux petit-déjeuner.

Tout en avalant une délicieuse tartine beurre/miel, je pense au programme de l’étape du jour qui est moins intense que la veille avec seulement 2 ascensions… mais la première est un sacré morceau et pas le moindre : c’est le Col de l’Iseran, toit de cette Route des Grandes Alpes avec ses 2764 m d’altitude ! Ne pas se fier à ses 5% de moyenne qui laisse penser que ça va être facile, c’est un monstre Mesdames et Messieurs : depuis Bourg-Saint-Maurice, c’est une longue, très longue ascension de 46,7 km et avec plus de 2000 m de dénivelé positif !

Pour cette étape qui passera de la Tarentaise à la Maurienne – toujours en Savoie -, j’ai choisi de suivre le parcours V2 qui suit en grande partie le tracé de la Route des Grandes Alpes avec donc le Col de l’Iseran mais au lieu de conclure à Modane, le final se fera par une ultime ascension à Aussois.

Lire la suite

Ma RGA – récit de l’étape 2 : La Clusaz > Bourg-Saint-Maurice

Cormet de Roselend, point culminant de cette seconde étape.

Le départ

Dimanche 31 juillet 2022, lever à 7h. Je fais un check-up du bonhomme… tout va bien ! j’ai agréablement bien dormi, juste de très légères courbatures. Le départ est prévu pour 8h30.

Cela me laisse le temps d’envoyer mon programme de la journée à mon fil Whatsapp, de me faire une petite toilette, d’appliquer soigneusement la crème Dexpanthénol sur les parties « sensibles » (voir page intro), d’enfiler ma tenue du jour, de préparer mes bidons avec la poudre « Isotonic » et mes petites rations du jour (barres céréales et pâtes de fruits) et enfin de faire mon bagage. Un petit cérémonial que je suivrais les étapes suivantes. Je descends ensuite au rez-de-chaussée pour prendre le déjeuner.

Je retrouve l’ensemble des participants. On se dit tous bonjour mais chacun est un peu dans sa bulle. Normal, certains finissent de se réveiller tout en profitant d’un petit-déjeuner très copieux, un point essentiel pour bien débuter cette nouvelle journée. Chacun pense aussi au programme de l’étape du jour qui est assez intense avec pas moins de 3 ascensions et plus de 2500 m de dénivelé positif !

Pour cette étape, j’ai choisi de suivre le parcours V2 qui suit normalement le tracé de la Route des Grandes Alpes avec un enchaînement Cols des Aravis, des Saisies puis du Cormet de Roselend via le Col de Méraillet. Le parcours V3 passera par les Cols des Aravis, des Saisies puis le Cormet de Roselend via le Col du Pré. En option facultative, il est proposé le Col du Joly. Les costauds feront la V3 + le Col du Joly ! Pour l’explication des V2 et V3, se référer à la page intro.

Pour le parcours V2, il est prévu 90,4 km / D+ 2612 m (données Vélorizons).
Au final, je ferais 96,5 km / D+ 2547 m.

Lire la suite

Page 1 of 44

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén