Toutes les ascensions à vélo des Alpes !

Col de Vars

Col de Vars

Col de Vars, les derniers hectomètres du versant Sud (photo alpes4ever)

La route du Col de Vars – 2108 m – tout comme son voisin le Col d’Izoard fût construite il y a plus d’un siècle (1893). Il se situe à cheval entre les départements des Hautes-Alpes (05) et des Alpes-de-Haute-Provence (04).

Ses 2 versants Nord et Sud présentent des profils très différents tout comme ses paysages faits d’alpages au Nord et de rocailles au Sud.

VERSANT NORD

Au départ de Guillestre dans le département des Hautes-Alpes, l’ascension est assez longue avec près de 19 km. Pas le temps de vous échauffer, vous grimpez d’emblée la partie la plus difficile : 7,3 km à près de 8% de moyenne ! Mais une succession de lacets entre roches, bois et alpages vous permet de profiter de jolis points de vue sur le Val de Chagne.

Après cette première partie, la rampe va se faire plus douce – 2% puis 3% durant 1600 m – et même descendante jusqu’à St-Marcelin durant 900 m. Ensuite, la pente restera presque relativement plane – 1,2 km à 3% – jusqu’à Ste-Marie avec quelques légers coup de cul assez brefs.

Après avoir traversé Ste-Marie et bénéficier d’une dernière descente (600 m), les affaires reprennent sérieusement jusqu’à la Station de Vars avec 1,8 km à 7,5% de moyenne. Il faudra poursuivre l’effort dans la traversée de la station avec 2,2 km à 7%. Attention, il y a un court passage à près de 10% qui vous fera un peu souffrir.

À la sortie de la station, le paysage va se découvrir avec des prairies à l’herbe rase. Vous profiterez d’un replat salvateur (450 m) pour vous refaire un peu la cerise. Au passage du Refuge Napoléon avec son petit lac, la pente reprend un peu de vigueur avec 4,5%. Le souffle devient plus court, vous avez atteint les 2000 mètres d’altitude. Le 2 derniers kilomètres consisteront en une pente régulière tournant autour des 5,5% entrecoupés d’un dernier baroud d’honneur avec 110 m à 8% (le passage est très visible et assez démoralisant). Ce final vous semblera assez long pour atteindre enfin le Col de Vars à 2108 m d’altitude.

VERSANT SUD

Ce versant se grimpe en 2 temps, les 13,6 premiers kilomètres sont assez faciles, les 9 derniers sont redoutables malgré le faible dénivelé positif – 892 m – pour l’ascension de ce « 2000 » qui laisserait penser que les choses seront faciles. Que vous remontiez la Vallée de l’Ubaye ou arriviez du Col de la Bonette-Restefond, l’ascension démarrera à Jausiers (Vallée de l’Ubaye) dans le département des Alpes-de-Hautes-Provence.

À la sortie de Jausiers, la vallée se resserre soudainement, l’Ubaye se fait tumultueuse mais la pente sera insignifiante – pas plus de 2% de moyenne. Après la Condamine-Châtelard, on peut admirer l’impressionnant Fort de Tournoux accroché sur la falaise 300 m plus haut. Puis on atteint le carrefour de la D900 et D902. Prenez à gauche direction les Gleizolles. Il reste près de 15 km d’ascension mais la pente est assez douce, vous serez un peu surpris, vous attendant à des difficultés plus rapides. Vous remettrez quelques dents de plus en dépassant la Redoute de Berwick (ancien fort militaire).

Le passage du Pas de la Reyssole assorti d’un tunnel vous fera « entrer dans la montagne » ! À la sortie du tunnel, vous découvrirez une autre vallée – magnifique avec le village de St-Paul-sur-Ubaye (alt. 1486 m) en toile de fond. Depuis les Gleizolles, c’est très cool : environ 5,9 km avec un déclivité comprise entre 1,5 et 6% maxi.

La véritable ascension du Col de Vars débute à St-Paul-sur-Ubaye et le ton va changer car il faudra compter sur 8,1 km à près de 8% de moyenne. Vous débutez environ 2,5 km avec une pente assez irrégulière – 6,5 / 7,5 / 7 / et 6,5%. Attention : un bon petit vent de face peut se mêler à la partie ! Mais prenez le temps d’admirer la belle Barre de la Pisse ! Juste avant le hameau de Mélezen (alt. 1666 m), il y un replat de 725 m qui est le bienvenu et qui permet de relâcher les jambes avant la dernière partie de l’ascension qui sera le… hors-d’oeuvre !

Juste après la dernière maison, la rupture de pente est sèche : 9,5% pour augmenter encore à 10% puis 10,5% lors du passage des 2 premiers lacets d’une série de 5 lacets… pour résumer, vous finirez les 4,9 derniers km de l’ascension avec 442 m de dénivelé positif pour une pente moyenne de 9% pour atteindre le Col de Vars à 2108 m d’altitude !

L’origine du nom VARS, vient du latin  » Varcium  » qui signifie  » Col  » ou  » passage « . À noter aussi que le panneau indique une altitude de 2109 m.

Massif du Parpaillon / Massif d’Escreins

Col de Vars / Versant NordVERSANT NORD

Distance : 18,8 km
Départ : Guillestre (Vallée du Queyras)
D+ : 1102 m
% moyen : 6,5%
% maxi : 9,5% sur 1615 m

Col de Vars / Versant SudVERSANT SUD

Distance : 21,8 km
Départ : Jausiers (Vallée de l’Ubaye)
D+ : 892 m
% moyen : 4%
% maxi : 10,5% sur 1 km

  1. Gazdonf

    A moi le premier commentaire ?

    Je n’ai pas aimé mais alors pas aimé du tout ce col en dehors de sa partie finale, juste après le Refuge Napoléon ou on est vraiment dans le thème montagne.

    Avant cela c’est langweilich, en dehors peut-être du début qui n’est pas si vilain mais costaud, après petite partie plutôt reposante avant d’entamer la traversée de Vars….
    Bon, bref, je ne m’éternise pas, j’ai mis la plaque et j’ai filé vers le sommet.

    Pas eu l’envie de m’arrêter au second Refuge Napoléon trop pressé de tracer mon chemin vers Jausiers avant les orages qui ne viendront finalement pas.

    A priori plus sympa à faire côté sud par la vallée de l’Ubaye….

    • Oui Benoît, pas grand monde pour donner un avis sur le versant Nord de ce col qui est, à mon sens, l’un des plus durs de la RGA (surtout avec le Col d’Izoard dans les jambes). Je l’ai grimpé il y a longtemps mais le final après la station m’avait semblé très long et surtout assez traître avec son allure de faux plat montant qui n’en est absolument pas un !

  2. Michael

    Bonjour, grimpé (et descendu) les 2 faces le samedi 16 juillet 2022, je précise samedi parce que ça va avoir une importance pour la suite.
    La face Nord est totalement inintéressante, je ne sais même pas si il y a un paysage, j’ai encore les oreilles qui bourdonnent des plus de 100 véhicules à moteur qui m’ont dépassé en faisant des concours de celui qui accélérerait et freinerait le plus fort. En plus la traversée de la station de Vars est ultra longue, inintéressante et dangereuse avec toujours les mêmes auto/moto qui s’arrêtent n’importe où, n’importe quand… C’est vrai qu’une fois la station passée, ça pourrait devenir sympa, mais c’est quasiment déjà fini.
    La face Sud, c’est exactement l’opposé ! Moins de circulation, mais surtout c’est excessivement plus joli, des petits villages, une superbe vue, et un aspect sportif dans les 5 derniers kilomètres qui piquent un peu les mollets.
    Dans cette montée, il y a aussi la possibilité une fois à Saint-Paul de bifurquer à droite et de partir vers Maljasset, un petit village tout au bout d’une route, qui ne même nulle part ailleurs. Et là, sans grande difficulté (quelques courts passages à 8%, mais depuis la Condamine-Châtelard, il y a 21km environ à 3%), il y a moyen de faire une magnifique balade le long de la vallée de l’Ubaye, loin de tout et surtout loin des véhicules motorisés. Attention tout de même au troupeau de chèvres qui se baladent sur la route (ça surprend pendant la descente).

    • Bonjour Michael,
      Le versant Nord du Col de Vars est bizarrement mal aimé ! Pour ma part, c’est le seul col où j’ai abandonné lors de ma RGA début août (45 degrés en début d’après-midi). Pour l’avoir déjà fait il y a plusieurs années et monté donc avec le camion d’assistance, je trouve que les paysages sont quand même assez sympas mais oui, la traversée de la station est pas terrible du tout. Et je confirme aussi, le versant Sud est plus sauvage. Dommage pour les motos mais ce n’est pas tout le temps comme ça ! Lors de ma RGA, c’est bizarre et c’est tant mieux mais je n’ai pas eu de problème particulier avec les motards, il y en a même des sympas qui t’encouragent ! Pour Maljasset, je connais l’itinéraire, je ferais sûrement un profil un de ces jours…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén