Toutes les ascensions à vélo des Alpes !

Col de la Loze

Col de la Loze (photo velo-club.net)
Col de la Loze (photo velo-club.net)

Le Col de la Loze – 2304 m – est une ascension située dans le Massif de la Vanoise au cœur des « Trois Vallées » qui permet de faire la liaison entre les stations de Courchevel et Meribel. Le Col de la Loze est la première étape de la future « Via 3 Vallées », qui reliera Courchevel, Méribel, et à terme Val Thorens. Il est particulièrement remarquable sur bien des points :

  • Tout d’abord la route date seulement de 2019 ! On peut retenir que c’est un cas historique pour ce deuxième millénaire. Bien des cols cyclables ont déjà une centaine d’année d’existence… c’est une chance d’avoir assisté à la naissance de ce nouveau col.
  • La route a été construite en 2 temps : d’abord le versant Courchevel à l’automne 2018 (ouverture officielle le 18 mai 2019) puis le versant Meribel au cours de l’été 2019.
  • Petite précision : quand je dis construite, c’est un bien grand mot. Dans les faits, c’est une piste déjà existante qui a été goudronnée. Elle servait en été pour les 4×4 et en hiver de piste de ski. C’est toujours d’actualité car la partie supérieure du Col de la Loze évolue au milieu des domaines skiables des stations de Meribel et Courchevel qui sont aussi des lieux de pâturages en été. Les VTTistes chevronnés accédaient aussi par cette piste au Col de la Loze.
  • Seconde précision : comme la route a juste été goudronnée, il faut assimiler le fait qu’elle suit toutes les variations des pentes du Rocher de la Loze (2527 m). Comprenez tout de suite que les pourcentages sont très irréguliers. Par exemple, ils passent d’un seul coup de 10% à près de 20% !!! Mais sur de petites portions, vous n’aurez pas 500 m à 20% mais plutôt sur 50-100 m. J’y reviens un peu plus bas dans mes descriptifs.
  • Je vais aussi clarifier un point : le Col de la Loze que vous franchirez à 2304 m n’est pas le col géographique ! Il s’agit du Sommet des Lanches qui est même côté un poil plus haut à 2307 m. Le lieu dessert l’arrivée du Télésiège de la Loze (Meribel) et du Télésiège du Dou des Lanches (Courchevel) et abrite un restaurant d’altitude. Le véritable Col de la Loze se trouve un peu plus bas au Nord à 2275 m à environ 300 m de l’arrivée côté Meribel. Pour les puristes, j’ai noté sa position sur la carte plus bas.
  • On pourrait enchaîner sur la question suivante : quel est son classement dans le top 10 des plus hauts cols routiers alpins français ? Et bien à ce jour, il ne figure toujours pas sur la page Wikipedia dédiée à ce classement. Faisons une petite projection en admettant que le « faux » Col de la Loze à 2304 m soit reconnu, il détrône le Col d’Allos (2250 m) pour se classer en 8ème position. Pas facile de placer le vrai Col de la Loze (2275 m), celui-ci est un tout petit peu à l’écart de la route (2270 m), il faut déchausser et se rendre au point géographique par un très court sentier.
  • Le final de chaque versant au-dessus des stations de Meribel et Courchevel sont uniquement réservés aux cyclistes et piétons. C’est donc une piste cyclable mais il faudra parfois la partager avec quelques 4×4 qui appartiennent à des éleveurs qui doivent s’occuper des troupeaux de vaches dans les pâturages. La route n’est donc pas large (de la largeur d’une voiture).
  • En l’espace d’une seule année, à l’heure où j’écris ces lignes, ce col a déjà acquis une sacrée réputation surtout au niveau de sa difficulté et fait figure d’épouvantail dans la sphère cycliste. D’abord un dénivelé monstrueux depuis Moûtiers – versant Meribel / 1826 m – versant Courchevel / 1883 m. Puis des passages entre 15 et 20% à plus de 2000 m d’altitude. Pour comparer, souvenez-vous du dernier kilomètre du Mont Ventoux et ses 10% ou bien les 3 derniers kilomètres à 11% du Col du Glandon qui sont sous les 2000 mètres… le souffle court, cherchant de l’air pour alimenter le circuit… et bien, il faudra prendre en compte ces paramètres à plus de 2000 m !!! Je donnerais seulement 2 conseils : être affûté et avoir le braquet adapté. Les compacts à la mode type 50×34 / 12-28 passeront un test de vérité… qui s’avèrera souvent cruel !
  • Ce Col de la Loze attire déjà la lumière car il a déjà été le théâtre d’une course professionnel en 2019 avec le Tour de l’Avenir. Ce sera le grand « show » à l’occasion (très rapide, à croire qu’il a été créé pour le TDF !) de la 17e étape du Tour de France le mercredi 16 septembre 2020 (170 km au départ de Grenoble avec le passage du Col de la Madeleine en col intermédiaire).

VERSANT MERIBEL (Ouest)

Descriptif à venir prochainement…

VERSANT COURCHEVEL (Est)

Descriptif à venir prochainement…

Massif de la Vanoise

Col de la Loze / Versant MeribelVERSANT MERIBEL (Ouest)

Distance : 26,5 km
Départ : Moûtiers (Vallée de la Tarentaise)
D+ : 1826 m
% moyen : 7%
% maxi : 14,5% sur 500 m

Col de la Loze / Versant CourchevelVERSANT COURCHEVEL (Est)

Distance : 32,7 km
Départ : Moûtiers (Vallée de la Tarentaise)
D+ : 1883 m
% moyen : 6%
% maxi : 11,5% sur 780 m

  1. Salut Joris 🙂

    Rien que la présentation donne envie !! 😀
    En tout cas j’avais bien potassé ton profil avant d’y aller 😀
    Jusqu’à Méribel c’est effectivement typique d’une montée de station, route large, régulière, sans grand intérêt. Puis à la sortie on passe sur cette piste cyclable.
    Pendant 2 kilomètres les pourcentages sont « normaux », puis après on se retrouve sur quelque chose d’assez unique en France avec ces ruptures de pentes.
    C’est ce mélange de ruptures énormes et aussi d’être sur une route sans âme, sans histoire passée qui rend cette montée à part.
    Pour ma part j’ai bien aimé ces ruptures de pentes. Les moyennes kilométriques dans le final sont entre 11 et 12 % pendant 4 ou 5 km.
    J’ai noté 3 endroits qui dépassent les 20 %, le premier juste avant la borne des 3 km si je me souviens bien. Sur quelques mètres, puis ensuite après un replat, on a une longue portion (quand je dis longue il s’agit de 250 à 300 m) à 19 % avant que ça ne repasse sur du 17 %. Après un replat on repasse sur un mur à 26 % (là je ne me souviens plus si c’est avant ou après la borne des 2 km).
    En tout cas dans le dernier kilomètre il y a un replat jusqu’à 6 % avec vue sur le mur final assez impressionnant qui est donc à 26 % sur environ 150 m (à vue d’oeil car je n’ai pas regardé exactement la distance sur le compteur).
    De là haut, la vue sur le Mont Blanc est dégagée mais pas renversante non plus et globalement le paysage reste fortement gâché par le haut des remontées de ski, mais bon c’était prévisible.

    Dans la descente côté Courchevel il y a une courte remontée à 17 % qui dérouille bien aussi 😀

    En tout cas c’est le genre de final où c’est les jambes qui parlent et je n’ai pas été surpris que ce soit le seul col du Tour où les favoris ont fini éparpillé 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén