alpes4ever

Toutes les ascensions à vélo des Alpes !

La Route des Grandes Alpes

Col de l’Iseran – 2764 m – plus haut col routier de France et toit de la Route des Grandes Alpes (photo alpes4ever).

La Route des Grandes Alpes est un itinéraire touristique de 720 km qui traverse les Alpes françaises du nord au sud en passant par 26 cols dont 7 à plus de 2 000 mètres d’altitude. Elle part de Thonon-les-Bains (sur le Lac Léman) pour rejoindre Nice (sur la Méditerranée) en cumulant 18 000 mètres de dénivelé.

À l’instigation en 1909 du Touring club de France, l’itinéraire touristique projeté permet d’emprunter les cols alpins pour relier entre elles les routes de vallées existantes grâce aux tronçons stratégiques construits dès la fin du XIXe siècle et aux tronçons d’agrément construits, eux, dans la première moitié du XXe siècle.

Dans les ascensions, le col le plus bas en altitude sur le trajet de la Route des Grandes-Alpes est le Col d’Èze avec une altitude de 507 m, le plus élevé étant l’Iseran à 2 764 m.

Pour ceux qui veulent réaliser ce magnifique voyage à vélo, je vous propose de consulter les profils de chaque ascension en 7 étapes.

Une version « Reverse 7 étapes » et une autre « 14 étapes » seront réalisées prochainement, affaire à suivre…

Quelques conseils en vrac :

_ATTENTION…

  • au passage du Tour de France : si vous envisagez le voyage au mois de juillet, bien étudiez les dates des étapes alpestres, vous risqueriez d’être bloqué pour franchir un ou plusieurs cols ou une partie du parcours !
  • à la fermeture de certains cols à cause de la neige (et oui même en été ça peut arrivé, notamment aux Cols de l’Iseran et du Galibier) / des éboulements (c’est arrivé au Col de l’Iseran en 2017) / de travaux (Col de Méraillet en 2018 mais on pouvait passer par une route alternative ou bien par le Col du Pré) / d’incidents ou accidents divers, bref il y a malheureusement une part d’imprévu qui peut faire dérailler votre projet, il faudra peut-être prévoir des plans B !
  • à la fraîcheur au sommet des cols et dans les descentes : un col au-dessus de 1000 m est souvent soumis aux vents, on peut démarrer à Bourg-St-Maurice dans un four à plus de 30°C et terminer dans des conditions glaciales au Col de l’Iseran à 2764 m d’altitude. Pour les descentes, on a bien transpirer dans la montée précédente, attention au choc thermique, ce serait bête de saborder votre voyage avec une angine qui vous laissera sur le carreau.
  • à prévoir un éclairage pour les tunnels mal éclairés (tunnel du Villaret du Nial à Val d’Isère) ou bien pour bien vous faire voir à travers une averse, un orage ou une épaisse couche de nuages.
  • la RGA, c’est aussi le même itinéraire pour les voitures / motos ! La circulation peut être intense dans certains passages ou cols. La RGA ne propose quasiment pas pistes cyclables. Dans un col, on roule à droite et en descente, on ne coupe pas les virages ! Je sais, vous ne serez pas à l’abri de croiser des fous furieux mais il faudra faire avec, prudence donc. Généralement, le matin sera plus calme que l’après-midi.
  • aux cols grimpés le matin, avec la fraîcheur physique et météorologiques, ils sont plus faciles que ceux de l’après-midi ! La chaleur est un facteur à prendre en compte dans l’ascension de certains cols qui peuvent devenir de vrais fours ! Essayez de faire les niveaux dès que possible, il vaut mieux perdre un peu de temps à chercher une fontaine que d’en perdre une heure ou deux à cause d’une déshydratation. Certains cols n’offrent aucune possibilité de recharger les bidons.
  • aux descentes : contrairement à ce qu’on l’on pourrait penser, elles ne sont nullement reposantes ! Vitesse, attention soutenue des trajectoires, prudence avec la circulation, la tension sera maximum. Le freinage est usant, vous pouvez être sujet à des crampes douloureuses dans les doigts, il ne faudra pas hésiter à faire des pauses (pour aussi profiter des points de vues). Bien sûr, vérifiez à chaque étape si les patins sont en bon état, prévoir au moins 2 paires de rechange !
  • prévoir un vélo en très bon état : révision complète obligatoire ! Ne pas hésitez à changer une pièce qui montre des signes de fatigue. Ce serait bête de se retrouver en rade au cours d’une étape et de perdre une demi-journée voir une journée à la recherche d’un vélociste qui pourra vous dépanner ! Bien sûr, prévoir une ou deux chambres à air pour parer rapidement aux éventuelles crevaisons et la pompe bien fixée au cadre et non glissée dans la poche arrière, celle-ci pouvant vous perforer le dos en cas de chute !

Autres conseils à venir…

  1. Fabien

    Bravo Joris pour cette page dédiée. Je suis sûr qu’elle en aidera plus d’un pour préparer leur prochaine Route des Grandes Alpes. J’avais déjà grandement profité de ton site pour planifier mon itinéraire quand j’avais fait ce magnifique périple durant l’été 2017. Une traversée pleine de souvenirs et de magnifiques paysages que je souhaite à tous les passionnés de pouvoir réaliser un jour !

    • Bonjour Fabien, merci pour ton message, c’est toi qui m’a donné de créer cette page. J’ai eu aussi d’autres messages dans ce sens donc je me suis lancé ! Et j’en ai profité pour faire les derniers profils qui manquaient à cette RGA. Cela me servira aussi de roadbook pour une éventuelle tentative pour mes 50 ans (c’est dans 3 ans) 😉 ! Dans le carton à idées, une version 14 étapes et leur « reverse », je pense aussi ajouté l’option Bonette pour la 6ème étape (que tu as faite)… à venir un de ses quatre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén