alpes4ever

Toutes les ascensions à vélo des Alpes !

Col de l’Iseran

Col de l'Iseran

Vue sur Val-d’Isère, le lac du Chevril et le mont Pourri depuis la route du versant nord (photo de André Payan-Passeron)

Le Col de l’Iseran – 2764 m – se trouve en Savoie et permet de relier (tout comme le Col de la Madeleine) les vallées de la Maurienne et de la Tarentaise.

8 années de travaux ont été nécessaires pour construire la route qui a été inaugurée en 1937. Premier col routier des Alpes françaises par son altitude, c’est même le plus haut col de montagne routier de toutes les Alpes.

Le Col de l’Iseran, avec ses 2 versants Nord et Sud, est hors-norme à tous points de vue : son altitude 2764 m (le panneau indique même 2770 m), ses distances et dénivelés – près de 50 km et plus de 2000 m de D+ pour le versant Nord et près de 33 km et plus de 1400 m de D+ pour le versant Sud – en font une ascension inoubliable pour tous les cyclistes.

VERSANT SUD

Si certains considèrent que ce versant commence à Bonneval-sur-Arc, je préfère vous proposer le profil complet qui part de la Vallée de la Maurienne à Lanslebourg-Mont-Cenis. Au départ de ce dernier, comptez près de 33 km d’ascension avec 1454 m de D+ à 5% de moyenne. Une belle ascension en perspective que vous grimperez en 3 temps :

  1. Au départ de Lanslebourg-Mont-Cenis (1399 m), échauffement tranquille en passant par Lanslevillard avec 3 km entre 2 et 3%. A la sortie de ce dernier, brutale rupture de pente avec 400 m à 10,5%, vous grimpez en fait les premiers hectomètres du Col de Madeleine (un homonyme de celui qui se trouve plus haut dans la Vallée de la Maurienne). Comptez une ascension de 3,6 km à 7,5%. Un petit costaud ce Col de la Madeleine – alt. 1746 m – attention à ne pas y laisser trop d’énergie ! Pour les puristes de la chasse aux cols, il se situe exactement au hameau du Collet, il vous faudra quitter quelques instants la D902.
  2. Vous enchaînez avec une descente de 1,6 km qui vous amènera sur le Plateau de Bessans. Vous pourrez y gérer tranquillement votre effort : un petit peu plus de 10 km de petits faux-plats montants et descendants jusqu’à Bonneval-sur-Arc. Profitez du cadre majestueux, tous les sommets environnants sont à plus de 3000 mètres.
  3. A Bonneval-sur-Arc (1787 m), classé parmi les plus beaux villages de France avec ses maisons authentiques construites en pierre de taille, est le point de départ de la partie finale de l’ascension vers le Col de l’Iseran. Des chiffres à prendre au sérieux : 13,5 km à grimper au-dessus de 2000 m d’altitude avec 977 m de D+ à 7,5% de moyenne. Dans un décor grandiose et sauvage, profitez de 2 replats où vous pourrez souffler un peu : 1 km à 2% juste avant la Chapelle St-Barthélémy et 1,5 km entre 2,5 et 4% entre les Ponts de l’Oulietta et de la Neige (avec un petit tunnel entre les deux). Le final sera terrible avec, entre 2 lacets, un long passage rectiligne de 1,4 km à 10% de moyenne. Un dernier lacet et 800 m à 7% et vous atteindrez le Col de l’Iseran à 2764 m d’altitude.

VERSANT NORD

Au départ de Bourg-st-Maurice, dans la Vallée de la Tarentaise, l’ascension sera longue – très longue – de 47,4 km avec plus de 2000 m de dénivelé positif ! Le pourcentage moyen – 4,5% – laisse supposer que la pente n’est pas très forte, ce qui est le cas mais les 12 derniers kilomètres sont réalisés au-dessus des 2000 mètres d’altitude, l’oxygène y étant plus rare et cumulé au 34 premiers kilomètres d’ascension, l’effort sera intense !

L’ascension est découpée en 6 parties :

Attention, il y a plusieurs tunnels et paravalanches à franchir jusqu’à Val-d’Isère, ils sont plus ou moins bien éclairés, celui du Chevril juste après le barrage de Tignes est en forme de coude, on peut y perdre un peu ses repères. Les paravalanches sont ajourés.

  1. À la sortie de Bourg-st-Maurice (813 m), vous démarrez par une petite montée menant à Séez : 2 km entre 3 et 5%. Après Séez, les affaires se calment rapidement. Durant 6,5 km, vous remontez l’Isère qui prend sa source plus haut sur la commune de Va-d’Isère et qui finira par se jeter 286 km plus loin dans le Rhône. La route est ponctuée de faux-plats descendants et montants – 2,5% maxi – jusqu’après le hameau de Viclaire, attention à ne pas trop envoyer, il faut en garder sous la pédale pour la suite…
  2. La déclivité va tourner autour des 6/7% pour les 6 prochains kilomètres, gérez tranquillement votre effort. Il y a souvent beaucoup de circulation mais la voie est assez large, le paysage est assez moyen car vous vous trouvez dans une vallée assez encaissée et la route est bordée de pins noirs. Au passage de Ste-Foy-Tarentaise, vous avez dépassé les 1000 mètres d’altitude. Après avoir traversé le village de La Thuile (1250 m). la pente va s’accentuer avec 700 m à 8%. Vous avez parcouru seulement 14,5 km depuis Bourg-st-maurice.
  3. Après Thuile, la déclivité repasse entre 2 et 5,5% durant les 6 kms suivants, ce qui me permet de mettre un ou deux pignon de mieux et d’augmenter un peu la cadence mais pas trop, il reste encore 33 kms ! Sur votre droite, vous pouvez voir le Mont Pourri (3423 m) et ses magnifiques glaciers. Vous traverserez aussi une première série de paravalanches.
  4. 3 kilomètres avant l’arrivée au Barrage de Tignes, la pente s’accentue à nouveau entre 6 et 9% (portion de 400 m pour ce dernier). Les jambes sont un peu dures et le dernier kilomètre semble interminable.
  5. Puis vous arrivez au Barrage de Tignes. Juste derrière le barrage se tient le magnifique Lac du Chevril. Vous enchaînez sur une succession de légères descentes et replats ponctués de tunnels et paravalanches. Vous rechargez joyeusement les batteries. Juste à la sortie du dernier tunnel, vous aurez l’impression de pénétrer dans une autre région, 2 arrêtes montagneuses séparant le Lac du Chevril de Val-d’Isère. Le paysage est magnifique, face à vous, au-dessus de Val-d’Isère se dressent la Pointe des Lessières (3041 m) et le Signal de l’Iseran (3237 m). Vous traversez rapidement la Station de  Val-d’Isère (1800 m). 31 km dans les jambes.
  6. À la sortie de la station débute la dernière partie de l’ascension pour un total de près de 16 km de grimpée avec 950 m de D+ à 6% de moyenne. La pente s’incline donc à nouveau à 3-4,5% puis monte autour des 6-7% avant et après le hameau de Fornet, de quoi s’échauffer à nouveau mais vous sentez que les jambes sont dures… Au passage du Pont Saint-Charles, où vous pourrez soufflez un peu avec 800 m à 3%, le paysage devient minéral. La route prend la direction opposée avec une déclivité qui va s’installer très régulièrement autour des 6,5% mais le souffle est plus court, il ne faut pas oublier que l’on a dépassé les 2000 mètres d’altitude. La vue est superbe sur Val-d’Isère avec juste au-dessus le Rocher de Bellevarde (2827 m). Après avoir dépassé le Chalet du Mollard (qui est un restaurant d’altitude pour la saison d’hiver perché à 2302 m),  la pente fait un peu relâche puis vous enchaînerez avec… une mini-descente rapide de 350 m qui est le genre de truc à vous scier les cuisses car juste après, sans transition, le pente remonte à 6% puis 270 m à 10% ! Heureusement, la déclivité va s’installer autour des 6-7%, ne vous lâchera plus jusqu’au sommet mais vous permettra de maintenir un rythme régulier. Les lacets se succèdent, un fort vent de face peut se lever et rendre la progression plus difficile ! La paysage est un peu gâché par les remontées mécaniques du domaine skiable de Val-d’Isère (une partie de la route est même utilisée en tant que piste !) mais qu’importe, vous avez déjà 45 km d’ascension dans les pattes et vous allez finir le boulot ! La température devient plus fraîche, il y a parfois des averses de neige en plein été… C’est au mental que vous grimperez patiemment les 3 derniers kilomètres… et des 207 m de dénivelé restant… au-dessus des 2500 mètres d’altitude ! … puis VICTOIRE, vous atteindrez le sommet du col de l’Iseran à 2764 m.

Au Col de l’Iseran, présence de Chapelle de Notre-Dame-de-Toute-Prudence édifiée en 1939. Pour la photo devant le panneau, il faudra vous « battre » avec les hordes de motards qui s’y agglutinent comme des mouches bien qu’ils n’ont fourni aucun effort pour l’atteindre ! Vues sensationnelles sur un décor minéral de toute beauté et sur une dizaine de glaciers.

VERSANT NORD
via Villaroger + les Brévières

Toujours au départ de Bourg-st-Maurice, une variante plus bucolique qui passe par les villages de Villaroger et des Brévières avec passage sur le Barrage de Tignes. Mais l’addition sera plus salée que le versant Nord direct : 50,5 km d’ascension (+ 3 km) et 2144 m (+ 115 m) de dénivelé !

Col de l'Iseran

Massif de la Vanoise

Col de l'Iseran / Versant SudVERSANT SUD

Distance : 32,3 km
Départ : Lanslebourg-Mont-Cenis (Vallée de la Maurienne)
D+ : 1454 m
% moyen : 5%
% maxi : 10,5% sur 400 m

 

Col de l'Iseran / Versant NordVERSANT NORD

Distance : 47,4 km
Départ : Bourg-Saint-Maurice (Vallée de la Tarentaise)
D+ : 2029 m
% moyen : 4,5%
% maxi : 10% sur 270 m

 

Col de l'Iseran / Versant Nord via Villaroger + les BrévièresVERSANT NORD
via Villaroger + les Brévières

Distance : 50,5 km
Départ : Bourg-Saint-Maurice (Vallée de la Tarentaise)
D+ : 2144 m
% moyen : 5%
% maxi : 10% sur 270 m

  1. Anthony84C

    Bonjour.

    Je viens d’effectuer il y a deux jours le versant nord du col de l’Iseran mais en courant à pied: en effet du côté des locations de vélo, il n’ y avait que des locations de vélos de villes inadaptés au cyclisme sur route, à l’office du tourisme. Le magasin Intersport qui en loue habituellement à Val d’Isère était fermé, tout la station où il n’y avait qu’un hôtel, un restaurant et une pizzeria d’ouverts. La station avait fermé le 28 août. De plus, j’ai un vélo personnel mais je ne tenais pas à franchir tous ces tunnels et paravalanches ni monter ma voiture jusqu’à Val d’Isère. C’est pourquoi je suis venu en train jusqu’à Bourg Saint-Maurice et j’ai pris une navette jusqu’à Val d’Isère. Pour l’ascension à pied, aucun problème car j’ai été marathonien et trailer.

    Cependant, j’ai noté que le passage à 10,5 % que tu signales avant le chalet du Mollard, moi je le placerais plutôt après la courte descente alors qu’une borne trompeuse indique un kilomètre à 4 %. Entre le pont Saint-Charles et le chalet du Mollard (ou Le Signal), il y avait trois bornes marquées respectivement à 7 %, 7 % puis 5 %. Peut-être y avait-il plus de 5 % (environ 5,5 % selon le magazine Le Cycle) sur la dernière mais je n’ai pas noté de passage difficile ici.
    Le magazine Le Cycle signale aussi un passage à 12 % sur 100m, dans les lacets 500m avant le belvédère de l’Arollay (2533m) soit à 4 km du sommet mais je n’ai rien vu de tel, si ce n’est 500m un peu plus difficiles mais après ces tables d’orientation. Après c’est vrai qu’à pied et à vélo, on n’a pas les mêmes sensations.

    Je l’ai grimpé en juillet 2011 par le versant Sud depuis Bonneval-sur-Arc 3 jours après l’Etape du Tour et la description que tu fais est conforme à ce que j’ai pu ressentir.

    Cordialement.

    • Hello, d’abord bravo pour cette montée en course à pied du Col de l’Iseran, ce n’est pas courant et surtout avec l’altitude, cela doit être un bel effort. Dommage que les stations ne prolongent pas dans l’arrière-saison, j’ai déjà fait plusieurs séjours la deuxième quinzaine d’août et dans certains coins, c’est déjà la fin de saison ! Pour le passage à 10,5%, je peux t’assurer qu’ils sont dans les lacets du chalet du Mollard (en fait, c’est surtout le Signal/Arrivée de télécabines que l’on voit). Après la descente, ça ne remonte mais pas tant que ça, c’est surtout que cette rupture fait assez mal aux jambes 😉 ! C’est ce que l’on appelle le « molletomètre » et celui-là il vous sort tous les pourcentages que l’on veut 🙂 ! Dans tous les cas, les panneaux m’avaient bien déroutées lors de mon ascension, c’est à partir de là qu’est né mon idée de réaliser mes propres profils !
      Cordialement.

  2. GérardMN

    Bonjour, et tout d’abord, felicitation pour ce site. Je n’avais pas fait de vélo (ni aucun autre sport) depuis plus de 10 ans mais j’ai remis ça cette année et j’ai grimpé une cinquantaine de cols dont 40 nouveaux. Autant te dire que ce ne fut pas simple au début, il m’a bien fallu 1500 km avant de retrouver la forme. Et donc ce n’est pas sans une petite appréhension que je planifiais certaines sorties d’où un certain besoin de consulter des avis ou profils avant de me lancer. C’est donc en surfant que j’ai découvert vers la mi-saison Alpes4ever et c’est vite devenu ma référence.

    En particulier, la description générale et les grandes lignes des profils m’ont toujours paru excellents. Mais rien n’est parfait et dans le detail, il m’arrive de trouver bizarres certains pourcentages. C’est pour cela que je réagis au commentaires d’Anthony car j’ai eu exactement la même impression, et en vélo cette fois. Je dirais aussi qu’il n’y a rien d’extraordinaire au niveau du chalet du Mollard, en revanche, ça monte fort après la petite descente malgré la borne 4% qui, nous sommes d’accord, est fantaisiste. Je sais bien que les impressions sont parfois trompeuses mais cette petite descente est vraiment trop courte pour refroidir les muscle ou pour faire oublier l’effort. D’ailleurs, la borne suivante (ou un peu plus haut) indique 10% ce qui semble tout aussi fantaisiste.

    Je pense que ta méthodologie n’est pas exempte d’une petite marge d’erreur (comme dans tous les domaines). En particulier, je travaille moi aussi sur des cartes dans mon metier et le relief dans les zones très raides (je parle ici de falaises presque verticales) pose souvent problème or il y a justement un ressaut rocheux dans cette zone d’où la fameuse descente. Peut-être est-ce une piste à creuser pour évaluer la justesse des valeurs.

    Dans le même ordre d’idée, tu indiques si je me souviens bien dans la montée nord du Semnoz un passage à 15%. Un tel pourcentage se ressent et implique quasiment un changement de vitesse mais je n’ai rein vu de cela. Mais encore une fois, ces petits details n’enlèvent rien à la qualité globale du site.

    Cordialement.

  3. F. DURON

    Juste une coquille :

    Nord paragraphe 2
    « La déclivité va tournER… »
    Merci en tout cas pour le travail accompli.
    Flo

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén