alpes4ever

Toutes les ascensions à vélo des Alpes !

Col de la Joux Verte

Col de la Joux Verte (photo de RDZfds)

Col de la Joux Verte (photo de RDZfds)

Le Col de la Joux Verte (1760 m), pourtant plus haut que son prestigieux voisin – le Col de Joux Plane (1691 m), est à classer dans la catégorie des cols méconnus.

Pourtant, il peut faire le bonheur de plus d’un cyclogrimpeur. Jugez-en : 2 versants d’un peu plus de 13 km avec un pourcentage moyen de 4,5% (un pourcentage trompeur…) pour un dénivelé de 782 m pour celui qui part de Morzine et 815 m pour celui qui part de Montriond. Pas mal quand même !

Vous êtes septique sur sa difficulté ? Que pensez-vous du passage de 3,3 km à 9% de moyenne pour le versant Montriond ou bien de celui de 8,8 km à 7% pour le versant Morzine ? Et puis si vous êtes encore frais comme un gardon au col, et bien filez vers la station d’Avoriaz pour un bonus de 49 m de dénivelé supplémentaire à 5,5% sur 900 m.

A noter : le versant Montriond propose 2 points touristiques :
le joli Lac de Montriond
les Lindarets, surnommé le « village des chèvres » qui mérite un petit arrêt pour son troupeau qui vit en liberté dans le village, en été.

Col-de-la-Joux-Verte_panneau

Massif du Chablais

Col de la Joux Verte / versant OUEST via MorzineVERSANT OUEST
via Morzine

Départ : Morzine (vallée d’Aulps)
Distance : 13,1 km
Dénivelé : 782 m
% moyen : 6%
% maxi : 8% sur 1 km

 

 

 

Col de la Joux Verte / versant OUEST via MontriondVERSANT OUEST
via Montriond

Départ : Montriond (vallée d’Aulps)
Distance : 13,5 km
Dénivelé : 815 m
% moyen : 6%
% maxi : 11% sur 600 m

  1. Messier

    Le Col de la Joux Verte est magnifique et particulièrement depuis Montriond mais attention ça grimpe dur et la portion avant les Lindarets vous met les cuisses à bloc. Petits virages serrés mais c’est magnifique et la fin de la montée, des Lindarets au col est tout simplement splendide sur une très belle route. A faire absolument. Et surtout si vous montez en fin d’après midi il n’y a quasiment aucune voiture dans le sens de la montée.

  2. Viviani claude

    Très belle ascension dans un décors bucolique et somptueux
    Passage difficile de 3kms avant de découvrir ce village magnifique paradis des chèvres en liberté les Lindarets .un final plus facile entre lles sapins
    On descend sur l autre versant route large lacets bien dessinés.
    Une bien belle sortie!!
    La haute Savoie le plus beau département français !!

  3. zit

    Je l’ai fait la semaine dernière (31 juillet 2019) par Montriond, arrivés au pied vers midi, nous étions dans un embouteillage de voitures… et jusqu’aux Lindarets, bagnoles bagnoles bagnoles !
    Y’a dû y avoir un truc à la télé ou sur fessebouc, mais avec mon copain, on n’en revenait pas, la route est minuscule, et se faire doubler par un diésel dans les terribles virages à droite de la portion la plus dure avant les Lindarets, c’est vraiment, vraiment pas agréable.
    C’est cependant un magnifique col, mais je confirme le commentaire de Messier, en pleine saison touristique, c’est un calvaire redoublé de le pratiquer dans la journée, j’ai même été obligé de donner des coups de sonnette, puis de gueuler pour pouvoir me frayer un chemin entre les chèvres (ok), et surtout les gros touristes qui étaient en plein milieu de la minuscule rue, bien pentue des Lindarets…
    Et par contre, la descente sur Morzine est un bonheur total de glisse facile, autant c’est ennuyeux à monter par ce versant (c’est toujours la même pente pas bien raide, route large, virages gigantesques et « presque » plats, permettant à deux autocars de se croiser, vraiment monotone, et long), autant pour descendre, c’est niveau débutant et on se fait plaisir à atteindre une belle vitesse sans risques.

    • Fait aussi le premier week-end de juin mais par le versant Morzine. En redescendant par les Lindarets, c’était déjà bien bondé ! Ce minuscule village est malheureusement victime de son succès. Le pauvre cycliste devra se rabattre plutôt sur des mois comme mai (par contre, risque d’avoir route fermée des Lindarets au col), juin, septembre, octobre voir novembre pour retrouver plus de sérénité !

      • zit

        Ah, merci pour l’info, je ne connaissais que la version descente à 9 h du mat du versant Montriond, et c’était magnifique et super tranquille ;o) (mais effectivement, déjà des bagnoles à contre-sens, en y repensant), étant arrivé après 19 h à 7 ° C plus que cuit après avoir enchainé Joux-Plane par Samoëns et, je me sentait encore capable, Avoriaz par Morzine, il m’avait semblé raisonnable (indispensable) de passer la nuit au sommet (pas facile si pas réservé à l’avance, mais faisable).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén