alpes4ever

Toutes les ascensions à vélo des Alpes !

Col de Leschaux

Vue sur le Lac d'Anncecy au cours de l'ascension du versant Nord (photo Alpes4ever)

Vue sur le Lac d’Anncecy au cours de l’ascension du versant Nord (photo Alpes4ever)

Le Col de Leschaux – 897 m – planté sur le flanc Est du Semnoz, selon divers articles lus sur la toile semble être le Col le plus grimpé de France ! Par ses versants classiques, la montée propose un profil à la portée de l’importe quels cyclotouristes avec pas plus de 6% de moyenne. C’est aussi une agréable rampe de lancement pour l’ascension du Semnoz qui elle est plus ardue.

Les versants Nord et Sud classiques sont situés sur la D912 qui relie Sevrier, au bord du Lac d’Annecy, à Lescheraines à l’intérieur du Massif des Bauges.

Pour le versant Nord, c’est une agréable montée de 11,8 km à 4% avec juste un petit coup de cul à 6% sur 600 m au km 9,1.

Le versant Sud part exactement sur le Pont Detrier qui enjambe le Rau de Bellecombe qui marque la frontière entre la Haute-Savoie et la Savoie. Il est plus court avec 7,2 km avec une pente moyenne de 4,5%. Attention, deux passages un peu plus difficiles avec 1 km à 6,5% avant Glapigny et 300 m à 7,5% à l’approche du Col de Leschaux.

Cependant, une montagne – celle de d’Entrevernes – coupe la Montagne du Semnoz du Lac d’Annecy et offre donc de multiples variantes aux profils parfois plus pentus.

Pour le versant Nord, je propose 2 variantes qui partent non pas de Sevrier mais de Saint-Jorioz toujours au bord du Lac d’Annecy.

La première variante – 11,6 km – joint directement St-Eustache et la Chapelle-St-Maurice. La pente démarre doucement jusqu’à 3,5% durant les 4 premiers kilomètres puis va s’accentuer durant 4,8 km jusqu’à la Chapelle-St-Maurice avec une pente moyenne qui varie de 5 à 7%. La fin de l’ascension se fera sans difficultés *.

La seconde variante – 13,4 km – s’inclinera peu après le départ avec une pente à 7% sur 3,1 km. Vous pourrez souffler les 2 kilomètres suivants (5% maxi) en passant par Patérier. Peu après, profitez d’une bonne descente de près de 1,4 km. Remontée en douceur puis un coup de cul de 2,4 km à près de 7% de moyenne avant St-Eustache et jusqu’à la Chapelle-St-Maurice. La fin de l’ascension se fera sans difficultés *.

* Pour ces 2 variantes, 2 points principaux : vous atteindrez l’altitude maximale de 940 m et le final se fera dans une bonne descente vers le Col de Leschaux à 897 m.

Pour le versant Sud, une variante est possible, toujours en partant de Pont Detrier mais en empruntant peu après la direction de Bellecombe-en-Bauges. C’est jusqu’à ce village que vous grimperez les portions les plus difficiles avec 1,5 km à 6,5% et un autre de 500 m à 6% avant son entrée. Le 5 derniers kilomètres sont très faciles.

Pour ma part, j’ai grimpé ce col en août 2015 par le versant Nord > Mon récit sur bosses21.com

Col de Leschaux

Massif des Bauges

Col de Leschaux / versant Nord - variante 1

VERSANT NORD
variante 1

Distance : 11,8 km
Départ : Sevrier
D+ : 441 m
% moyen : 4%
% maxi : 6% sur 600 m

 

Col de Leschaux / versant Nord - variante 2VERSANT NORD
variante 2

Distance : 11,6 km
Départ : Saint-Jorioz
D+ : 486 m
% moyen : 5%
% maxi : 7,5% sur 1,2 km

 

Col de Leschaux / versant Nord - variante 3VERSANT NORD
variante 3

Distance : 13,4 km
Départ : Saint-Jorioz
D+ : 561 m
% moyen : 6%
% maxi : 7,5% sur 900 m et 1,2 km

 

Col de Leschaux / versant Sud - variante 1VERSANT SUD
variante 1

Distance : 7,2 km
Départ : Pont Detrier
D+ : 314 m
% moyen : 4,5%
% maxi : 7,5% sur 300 m

 

Col de Leschaux / versant Sud - variante 2VERSANT SUD
variante 2

Distance : 11,6 km
Départ : Pont Detrier
D+ : 323 m
% moyen : 3,5%
% maxi : 6,5% sur 1,5 km



10 Commentaires

  1. Docteur Hans

    Très beau boulot !
    De mon point de vue, la variante 3 par le versant Nord est à la fois la plus difficile, la plus calme et la plus belle (panorama sur le lac d’Annecy)

    • Merci !
      Souvent, ce sont ces variantes qui présentent de belles surprises. Par exemple, c’est plus sympa de montée l’Alpe d’Huez par Villars-Reculas avec aussi route plus calme et panorama exceptionnel (que l’on n’a pas dans la montée des 21 lacets) !

    • Patzer74

      J’ai découvert la variante 3 par erreur aujourd’hui, mes petits muscles de cycliste occasionnel ont trouvé ça difficile, surtout comparé à la variante 1 qui est bien roulante. La première partie est plutôt régulière, pas de repos pendant 5km, vivement la descente qui permet de se refaire la cerise pour la seconde partie jusqu’à Saint-Eustache
      C’est beau, c’est calme, à refaire.

  2. Jean-Christophe PAYANT

    Bonjour,

    Tout d’abord un grand bravo pour le « style » de tes profils qui m’a tout de suite attiré vers ton site (je cherchais des renseignements sur le col de l’Arpettaz).
    Je suis allé voir ta page sur le col de Leschaux. Et pour cause : c’est mon col d’entraînement. Je le parcours des dizaines de fois dans tous les sens chaque saison et le versant Puget/Cruet est mon préféré. Je connais chaque recoin, chaque virage, de chaque itinéraire. Et tes profils m’ont déroutés car ils ne correspondent pas à la réalité du terrain (en ce qui concerne le % de pente). Ainsi, juste pour exemple, entre Patérier et Puget (le sommet à 785) on est loin de 2% car en fait la traversée de Paterier est plate, et s’en suit la montée vers Puget à au moins 6% (voire 7% suivant mon Edge… et mes jambes…). Va voir sur les timings de l’étape 21 du tour de France de l’an passé qui est passé par là. Et la descente entre Puget (785) et l’inter D10/D10a (710) est loin de 2%… Si tu la fais en montant, tu vas vite comprendre… On frise les 9% par endroit… (ou -9% en descente). Sans le moins du monde vouloir diminuer ton travail qui est superbe, je souhaiterais juste savoir sur quoi tu te bases pour faire tes profils ?

    • Bonjour Jean-Christophe,
      d’abord merci de t’intéresser à alpes4ver.com. Pour le Col de Leschaux, je vais comparer tes précieux renseignements – pour quelqu’un qui connaît chaque centimètre de ce col, je ne vais pas le contredire 😉 – avec mes données et éventuellement faire les ajustements. Mes données sont basées sur la carte au 1:25000 que l’on peut consulter sur le site geoportail. A bientôt.

    • Rebonjour Jean-Christophe ! Je viens de jeter un coup d’oeil… grande confusion de ma part, mon tableur m’a joué un mauvais tour, les données sont fausses pour la plupart des profils ! Je mettrais à jour mes profils le plus rapidement possible ! Et encore merci pour ton coup d’oeil d’expert !

      • JCP

        je m’en doutais un peu car moi aussi j’utilise l’IGN et j’ai aussi vérifié (dès fois que l’iGN ne soit pas parfaite à cet endroit ce qui est parfois le cas) et j’ai retrouvé les % de mon Edge. Donc il n’y avait qu’une seule solution : une erreur de formule (s) dans le tableur… C’est pourquoi je m’étais permis ce commentaire car tes graphiques sont vraiment chouette et il eut été dommage qu’ils soient « pollués » par une simple erreur de formule…

        • Merci Jean-Christophe pour ta participation, le Col de Leschaux a retrouvé de la gniac sur certains passages !

          • Jean-Christophe

            Bonjour,
            Désolé, j’ai lâché ton site depuis le 6 mai car j’ai préféré rouler ou plutôt grimper que de surfer sur internet…
            J’ai fait pas mal de sorties et j’aurais plusieurs commentaires à faire à tes… commentaires… Je te les ferais passer au fur et à mesure de mes disponibilités.
            Concernant le col de Leschaux (je commence par ce que je connais le plus) et ton commentaire : face sud avant Glapigny ce n’est pas du 6,5% mais au plus du 5%, et avant le col il n’y a assurément pas du 7,5% : après Glapigny on est entre 1% et 2% et jamais plus de 3-4% avant le col. Par la face sud, c’est comme par la nord, c’est tout doux du bas jusqu’en haut… Jamais plus de 5% et encore, pas longtemps. Idéal pour rentrer à la maison quand on a 2500 ou 3000m de dénivelé dans les pattes…
            Par ailleurs je rajouterais dans ton commentaire que si la montée (face nord) par Puget/Cruet est de très très loin la plus intéressante et la plus technique (c’est pas pour rien que le tour de France a choisi cette variante), elle est de surcroît exceptionnelle à la descente notamment à la sortie de Patérier qui donne l’impression de « plonger » dans le lac. Je la fais presque chaque jour : du pur bonheur. L’heure idéale est entre 11h et 17h (suivant le mois de la saison) par grand beau car le lac est turquoise. Parfois entre 10h et 12h il est émeraude… Faut connaître… En tout cas, quitte à redescendre vers le lac, il faut à tout prix passer par là et non par la D912 ni par la variante d’Entredozon D10 (qui n’a aucun intérêt…). Autre énorme avantage à la montée comme à la descente : la partie de St-Eustache à St Jorioz (D10B qui passe par Paterier/Puget/Cruet) est totalement déserte… Très peu de voiture quelque soit l’heure et le jour (il m’est arrivé souvent de ne croiser aucune voiture sur cette section !). Un must pour ceux qui, comme moi, privilégient toujours les routes les plus désertiques…
            Si j’ai le temps, je te laisserais d’autres commentaires sur les très nombreuses grimpettes que j’ai faites ces dernières semaines… merci à toi pour les infos que je consulte régulièrement…

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén