alpes4ever

Toutes les ascensions à vélo des Alpes !

L’Alpe d’Huez

L'Alpe d'Huez

La montée de l’Alpe d’Huez vue depuis le Col du Solude (photo alpes4ever)

L’Alpe d’Huez – 1850 m – et ses 21 virages constituent une ascension incontournable à faire au moins une fois dans sa vie de cycliste.

Bien qu’elle ne soit pas la plus difficile (la Plagne, Courchevel ou Chamrousse, pour ne citer que des stations de ski visitées par le Tour, offrent des montées plus ardues), les passages réguliers du Tour de France, ainsi que le caractère souvent décisif de cette étape, lui ont permis de se bâtir une notoriété internationale. Ainsi, L’Alpe d’Huez est très prisée par les cyclotouristes qui sont chaque jour en moyenne 300 à effectuer l’ascension. Chaque mois de juillet, la station est également le cadre de l’arrivée de la cyclosportive La Marmotte qui rassemble de 6 000 à 7 000 participants (source wikipedia).

Je vais aussi vous présenter les profils de 2 autres variantes moins connues : par la route de Villard-Reculas et par la route de l’Eclose.

La « Montagne des Hollandais » est une ascension particulière, pas si difficile que ça si l’on est bien entraîné. En fait l’ascension peut être rendue difficile par plusieurs aspects :

  • un entraînement réduit par rapport à l’effort qui va être consenti
  • un départ brut sans s’être échauffé auparavant dans la vallée
  • une montée au chrono… gare à l’explosion !
  • l’heure de la montée, à partir de 11h, les pentes étant orientées plein sud, c’est un véritable four !

Les 21 virages

Montée de l'Alpe d'Huez via les 21 virages

Le virage 1 (photo alpes4ever)

L’ascension présente un profil de 14 km pour 1133 m de D+ à 8,5 % de moyenne. La montée de L’Alpe d’Huez est constituée de 21 virages numérotés en ordre décroissant par des panneaux indicateurs (auparavant, il s’agissait de bornes pour servir de repères aux chasse-neige) et hormis un virage qui nécessite une relance, les virages constituent à chaque fois un replat.

Le paysage n’est pas exceptionnel dans la montée (contrairement à d’autres ascensions en Oisans), c’est un peu tant mieux car vous pourrez vous concentrer sur le match entre vous et la pente ! Un sacré match, n’oubliez que la pente moyenne est de 8,5% !

Petite précision, la route est très large, constitué d’un bel enrobé et la cohabitation avec les voitures, camions, camping-cars, bus et motos devrait normalement bien se faire si ce n’est le taux élevé de gaz d’échappement ! Pour éviter au maximum ces désagréments et aussi la chaleur, préférez une montée matinale à la fraîche ou bien entre 19h et 21h.

Allez top départ au niveau du camping de la Cascade à 717 m d’altitude. Première particularité : vous attaquez par une rampe de 800 m à 11% ! Un conseil : démarrez tranquillement, mettez tout à gauche et adoptez un rythme régulier. Vous dépasserez souvent des cyclos coincés dès les premiers hectomètres ! Vous atteindrez le célébrissime virage 21. Seconde particularité, profitez bien de ces virages : ils sont plats et vous permettront de récupérer, boire ou manger une barre.

Du virage 21 au 19 : la pente ne faiblit quasiment pas : 10,5 et 10%.

Du virage 18 au 17 : ouf, ça se calme un peu : 7,5% sur 300 m.

Du virage 17 au 16 : argh, un nouveau coup d’épée dans les jarrets : 11% sur 400 m.

Du virage 16 au 15 : vous passez par le petit hameau de la Garde et pourrez récupérer sur une pente bienfaisante : 7,5 et 6,5%.

Vous en êtes au KM 3,3, altitude 1025 m, soit vous avez trouver un rythme qui vous convient et l’ascension devrait se passer normalement, soit ça va pas du tout, mais alors pas du tout, alors la suite risque de se transformer en un long chemin de croix ! C’est souvent à cet endroit qu’on commence à perdre le compte avec les numéros des virages, seul le numéro 1 comptera lorsque vous l’atteindrez plus haut, environ 700 m plus haut pour être précis…

Du virage 15 au 12 : les affaires reprennent avec 10% sur 300 m, 8% sur 800 m, 10,5% sur 400 m. Vous passez entre le Ribaut d’en bas le Ribaut d’en haut et vous vous dites que la vie est pas facile en ce moment !

Du virage 12 au 11 : 7% sur 500 m, tiens, ça « replate  » !

Du virage 11 au 8 : la pente va se faire assez soutenue mais de façon régulière : 8,5%. Pendant ce temps, vous pensez à un bon coca bien frais !

Du virage 8 au 7 : 500 m à 9%. Les jambes et le dos commencent à tirer… Le virage 7 offre un tout petit replat et vous fait passer devant l’église de St-Férréol. Ce virage est  célèbre, il s’agit du « Virage des Hollandais » où des contingents entiers de supporters plus fous les uns que les autres (entre 1000 et 2000 litres de bière par jour !!!) se placent à cet endroit lors des étapes du tour de France.

Du virage 7 au 6 : la distance la plus longue entre 2 virages – 1,1 km à 8% – vous fera passer par Huez et découvrir la station qui vous semblera encore bien haut, put… fait ch… !

Du virage 6 au 5 : 6,5% sur 500 m, une douceur dans ce monde de brutes !

Du virage 5 au 4 : 8% sur 500 m, c’est souvent dans le virage 4 qu’est posté le photographe qui immortalisera votre exploit avec de sympathiques encouragements, pourtant vous n’êtes pas encore arrivé mais cela regonfle votre moral. Vous en aurez besoin pour le final !

Du virage 4 au virage 1 : l’apothéose ! Sous la pointe triangulaire de la Grande Sure, vous souffrez, tout n’est que calvaire sur cette pente infernale : 9%, 8,5%, 9% sur ces 1800 interminables mètres !

Virage 1 : une joie indescriptible vous fait chavirer le coeur dans ce virage cultissime !

Mais ce n’est pas fini… certes, vous avez fait le plus dur mais il reste encore 2,5 km.

Du virage 1 au 0 : sur quelques hectomètres, la pente est encore exigeante jusqu’à l’entrée de la station par le quartier du Vieil Alpe où se trouve l’arrivée « officieuse ». Soit on n’en peut plus du tout et on s’arrête là pour passer la tête sous une fontaine rafraîchissante ou bien pour poser sur le podium. Soit on se dit qu’on est un guerrier, un dur de dur et qu’il faut terminer cette ascension dans les règles de l’art. Passez alors sous le petit tunnel pour emprunter la route de la Poste jusqu’au virage 0, virage « non comptabilisé » – altitude 1801 m. Ah oui, petite précision : comptez 1,3 km à 7% entre ces 2 virages.

Du virage 0 à l’arrivée : rhaaa la pente se fait enfin douce sur la route du Signal – 500 m à 5% – puis on déguste une petite sucrerie : une portion de 400 m TOUTE PLATE entre 2 ronds-points sur le boulevard de l’Etendard. Puis vous lâcher vos dernières forces (les cuisses brûlent) dans les 300 derniers mètres à 7,5% sur l’avenue du Rif Nel. Vous franchissez enfin l’arrivée dans un état d’épuisement total à 1850 mètres d’altitude.

NB : l’arrivée officielle est à en fait à 1840 m pour 13,9 km d’ascension. Mon profil a été réalisé avec 1850 m d’altitude pour 14 km, pour cela, il vous suffit d’aller au bout de l’avenue du Rif Nel, soit 100 m après la ligne d’arrivée officielle pour accomplir ces chiffres ronds !

La route de l’Eclose

Montée de l'Alpe d'Huez via la route de l'Eclose

Vue sur la Grande Sure depuis la route de l’Eclose (photo alpes4ever)

Outre le fait que vous aurez quand même à grimper une grosse partie de la montée traditionnelle, voilà une manière originale de finir cette ascension. Entre le virage 4 et 3, il y a une route qui file à droite, il s’agit de la route de l’Eclose. Elle rejoint le côté Est de la station. Elle permet de découvrir la Vallée de la Sarenne et d’avoir un plus beau panorama sur la Vallée de la Romanche. C’est tranquille et la pente est un poil moins exigeante.

La montée via Villard-Reculas

Montée de l'Alpe d'Huez via Villard-Reculas

Vue sur les Massifs des Ecrins et du Taillefer depuis Villard-Reculas (photo alpes4ever)

Voilà une variante quasi ignorée des cyclos, pourtant elle donne l’occasion de profiter d’un panorama exceptionnel sur la Vallée de la Romanche que l’on ne peut pas avoir dans la montée traditionnelle. Plus longue – 21,8 km avec un dénivelé supérieur de 1205 m – l’ascension offre un pourcentage moyen – 6% – permettant de profiter agréablement de la balade.

Au départ de Rochetaillée, en direction d’Allemond, après le pont qui enjambe la Romanche, prendre à droite, roulez encore quelques hectomètres pour vous trouver au pied de l’ascension de Villard-Reculas.

Jusqu’à Villard-Reculas, le profil est sérieux : 11,8 km à 6% de moyenne. Attaquez pianissimo, la pente n’est pas trop forte, la route serpente tranquillement pour déboucher sur un carrefour au-dessus du Lac d’Allemond où il est d’ailleurs possible de le rejoindre directement. De là, on peut aussi grimper à la petite station de Oz-en-Oisans (environ 12 km depuis Rochetaillée à 5% de moyenne). Prenez le lacet à droite.

La route est large, bien enrobée, ombragée et surtout quasi vierge de tous véhicules motorisés ! Bref le pied et vous vous dites que vous êtes bien là ! Les points de vues sont sympas : le village d’Allemond, le Lac du Verney, les pentes de la Grande Lance d’Allemond, la Grande Sure (2114 m) qui chapeaute l’Alpe d’Huez.

Les lacets s’enchaînent (10 jusqu’à Villard-Reculas), il y a une petite route à gauche qui monte à Sardonne. Ce petit village est invisible depuis la jonction mais dès que l’on s’élève après quelques lacets, on le découvre niché dans un petit creux de la montagne.

La pente est raisonnable – entre 7% et 8% – et régulière. Au détour d’une épingle, on a une vue incroyable sur le Lac du Verney.

Puis dans un virage à gauche la route bascule sur le flanc Ouest de la Grande Sure… et là, paf une claque ! La route s’est transformée en un long balcon où l’on peut admirer un fabuleux panorama sur la Vallée de la Romanche. C’est vraiment magnifique !

Profitez-en un max d’autant que la pente s’est calmée – pas plus de 3/4% mais si vous roulez le matin assez tôt, prévoir un coupe-vent car ce côté est complètement à l’ombre et il y fait frais. Vous atteindrez rapidement Villard-Reculas – un des plus jolis villages de l’Oisans – pour déguster tranquillement une pâte de fruit et profitez du panorama toujours majestueux sur les Massifs des Ecrins et du Taillefer. En face, vous pouvez distinguer nettement le Col du Solude.

La route reprend un petit peu du poil de la bête à la sortie de Villard-Reculas et se rétrécie d’un seul coup en route touristique qui se transforme à nouveau en “route-balcon” donnant une fois de plus, un caractère extraordinaire à cette balade ! La route surplombe à l’aplomb la Côte Alamèle, l’effet est saisissant et le regard tombe vertigineusement dans la Vallée de la Romanche.

La pente est facile, un brusque virage à gauche offre 2 nouvelles surprises. La première vous fait franchir le mystérieux “Pas de la Confession” à 1541 m (non reconnu par le CCC). Si vous avez bien quelque chose à confesser, c’est bien le plaisir coupable à profiter de l’instant ! La seconde vous permet de pouvoir voir sous un bel angle, les terribles lacets de la montée de l’Alpe d’Huez !

Puis la route descend jusqu’à Huez (alt. 1450 m) et rejoint donc la fameuse montée de l’Alpe d’Huez. Il vous faudra donc enchaîner à partir du virage n°6 pour terminer l’ascension (voir description plus haut).

La route du Col de Sarenne

L’Alpe d’Huez n’est pas un cul de sac comme on pourrait le croire. Il est possible de rejoindre la station par le Col de Sarenne.

Le balcon d’Auris

Il est aussi possible de rejoindre la montée de l’Alpe d’Huez en empruntant le balcon d’Auris. Voir le profil du Col de Sarenne. La route débouche sur la Garde au niveau du virage 16.

Un col à l’Alpe d’Huez ?

Il est parfois frustrant de faire une telle ascension et de ne pas pouvoir accrocher un col à son tableau de chasse ! Et bien à partir de l’Alpe d’Huez, c’est possible ! Pour cela, poursuivre votre ascension durant 2,2 km et 146 mètres plus haut, vous trouverez le Col du Poutran à 1996 m d’altitude. Et tant qu’à faire, continuez un peu la grimpette (1,8 km) pour vous offrir un  » 2000  » avec le Lac Besson – 2074 m.

L'Alpe d'Huez

Massif des Grandes Rousses

L'Alpe d'Huez / Versant Sud via les 21 lacetsVERSANT SUD
via les 21 lacets

Distance : 14 km
Départ : le Bourg-d’Oisans (Vallée de la Romanche)
D+ : 1133 m
% moyen : 8,5%
% maxi : 11% sur 800 m et 400 m

L'Alpe d'Huez / Versant Sud via la route de l'EcloseVERSANT SUD
via la route de l’Eclose

Distance : 13,8 km
Départ : le Bourg-d’Oisans (Vallée de la Romanche)
D+ : 1133 m
% moyen : 8%
% maxi : 11% sur 800 m et 400 m

L'Alpe d'Huez / Versant Ouest-Sud via Villard-ReculasVERSANT OUEST-SUD
via Villard-Reculas

Distance : 21,8 km
Départ : Rochetaillée (Vallée de la Romanche)
D+ : 1205 m
% moyen : 6%
% maxi : 9% sur 400 m, 800 m et 500 m

14 Commentaires

  1. Héhé ouais cette ascension des 21 virages est particulière. Dans les différents points que tu cites qui peuvent rendre l’ascension difficile, je rajouterais « avoir fait trop de vallée avant » 😀

  2. slt Joris, effectivement à faire au moins une fois dans sa vie !!! donc il faut que j’y aille et je pourrai me servir des nombreuses infos et des détails que tu donnes dans cette description. Du beau travail que me fait te redire que je compte sur toi pour mettre sur ton blog quelques cols Drômois, certes moins hauts et moins mythiques mais qui valent le détour pour plusieurs d’entre eux. Si tu viens en Drôme je te servirai de guide bien entendu. Bon 2014.

    • Salut Gil, ah ces cols drômois ! Décidément, tu touches une com ou quoi 🙂 Allez t’as gagné, je vais m’y pencher bientôt… Si je passe dans le coin, je te prendrais assurément comme guide !

  3. DURON Florencio

    Bonjour,

    J’avais l’habitude de la faire au moins une fois par an depuis 1994.
    cette année là mon fils Alain 8 ans est monté en 2h01, puis en 1996 à 10 ans, en 1h 39. Etc… Sans aucun arrêt durant les montées.
    En 1996 j’ai emmené un voisin qui débutait à vélo avec un vieux motobécane que j’avais amélioré. Il est monté en 1h34 sans aucun arrêt lui aussi.
    Comme quoi l’Alpe est faisable.
    Je l’ai délaissée pour cause de pbm familiaux mais je compte bien y retourner cette année.
    Histoire de voir des hollandais (es)
    Flo

    • Salut Flo, c’est une bonne ascension mais malgré tout, je ne chercherais pas à la faire tous les ans ! Il y a tellement d’autres cols à faire ! Ou bien, il faut absolument faire la variante par Villars-Reculas qui est plus belle et où on peut avoir l’occasion d’avoir de sublimes panoramas !

  4. Joel

    Absolument parfait cette retranscription de la montée des 22 virages. Oui oui à monter là haut faire vous le plaisir d’aller jusqu’au bout.

    Première fois que je venais à l’Alpe. ai fait 2 fois la montée dans la semaine tellement elle est belle cette ascension.
    Effectivement je m’attendais à plus dur mais tout dépend l’objectif que vous vous donnez: le chrono ou simplement arriver en haut.

    Je recommende fortement la montée à l’Alpe par le col de sarenne que j’ai découvert Grace au site. Encore merci pour cette découverte de ce col vraiment beau et difficile à la fin.

    • Bonjour Joel, oui cette ascension des « 22 » virages de l’Alpe est belle sportivement. Pour les paysages, mieux vaut passer par le Col de Sarenne, le Balcon d’Auris ou Villard-Reculas.

  5. cris

    Je suis aussi un addict de l’Alpe d’Huez, j’aurais du lire votre description avant de la faire la premiere fois, car je me suis fait avoir par les 10 % des 2 premiers km.
    J’y retourne cet été dans le cadre du triathlon de Cyril Neveu car j’ai un compte à régler avec cette ascencion 🙂

    • Hello Cris ! Oui, régler son compte à l’Alpe d’Huez dans le cadre d’un triathlon est une « sacrée bonne idée » ! 🙂 Bon courage !

  6. Sébastien

    J’ai bien fait de consulté la description avant d’attaquer ce mythe !!! Cela m’a permis de garder un peu de force pour finir correctement l’ascension.
    Un pur moment de bonheur le fait de gravir cette terrible montée un jour avant les pros du tour. Le lendemain j’y suis retourné pour vibrer avec cette foule totalement hystérique lors du passage des coureurs. Un excellent moment et week-end…

    • Salut Sébastien, oui, j’ai réalisé la même chose il y a plusieurs années, c’est vrai que l’ambiance J-1 et pendant permet de rendre cette montée encore meilleure !

  7. François

    Merci pour toutes ces descriptions, vivantes et documentées.

    J’ai fait la montée par Villard Reculas puis Eclose, agréable pour la tranquillité royale que l’on a sur la route.
    Je connais le soin que vous prenez pour construire vos profils et du coup j’ai été surpris par le profil réel de la montée de Villard Reculas, qui est bien plus varié (et dur) que celui présent sur cette page. Il y a de sérieux petits « coups de cul », surtout sur entre les épingles impaires et paires (par exemple entre la 3 et la 4 !!). Les panneaux installés tous les km l’attestent.
    J’ai finalement créé le tracé Openrunner qui m’a semblé plus réaliste que le profil trouvé ici, en particulier le 7,5% annoncé pendant 5 km.
    A noter que quand on bascule sur le balcon, à l’issue du 10ème lacet, la route ne s’aplanit pas toute de suite !

    Merci encore pour le travail fait et l’intérêt de ce site;

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén