alpes4ever

Toutes les ascensions à vélo des Alpes !

Col de Turini

Des lacets en pagaille ! (photo voiture.kidioui.fr).

Le Col de Turini – 1604 m – est situé dans l’arrière pays niçois. Ce col est célèbre dans le monde du rallye automobile puisqu’il est souvent emprunté par le rallye Monte-Carlo. Les routes accédant au sommet du col comportent de nombreux lacets en épingle à cheveux et de beaux points de vue sur la mer Méditerranée. Pour les cyclistes, vous aurez le choix entre de multiples variantes – j’en ai recensé 8 – et surtout l’occasion de s’offrir un beau défi puisqu’il faudra tout de même gravir entre 1104 m et 1544 m de D+ selon la variante et se payer de jolis passages dont le plus dur propose 600 m à 10,5% ! Attention, les variantes, à part le versant Ouest, sont très longues : entre 25 et 35 km !

Bonus au Col de Turini, s’il vous reste des forces, vous pourrez vous engager dans le mystérieux tour de l’Authion et atteindre par la même occasion les 2000 m (2024 m) !

VERSANT OUEST

Ce versant est celui que vous emprunterez pour la Route des Grandes Alpes dans le Nord-Sud. C’est aussi la plus courte des variantes avec 15,2 km au départ de la M2565 (Vallée de la Vésubie). Courte et… intense : 1104 m de D+ à 7,5% de moyenne !
Les 3 premiers kilomètres seront les moins durs – 6% – pour rallier la Bollène-Vésubie, village perché sur un éperon. Puis comptez encore 1,3 km avec une pente relativement calme à 6,5% avant d’aborder les 11 derniers kilomètres soutenus entre 7,5 et 8% de moyenne.
Au programme : un court tunnel qui ne nécessitera pas d’éclairage, une impressionnante série d’épingles et une bienfaisante forêt de conifères qui vous abritera dans la partie finale jusqu’au Col de Turini à 1604 m d’altitude.

VERSANT SUD
variante 1a

Ce versant est celui que vous emprunterez pour la Route des Grandes Alpes dans le Sud-Nord. Cette-fois, l’ascension sera longue avec 25,3 km depuis Sospel et l’addition sera tout aussi salée : 1263 m de D+ à 5% de moyenne.
Vous remonterez dans un premier temps les Gorges du Piaon où les difficultés seront variables. D’abord 5,6 km sur une pente qui variera entre 1 et 4,5% maxi, puis 4,3 km avec une série d’épingles spectaculaires vous mènera jusqu’à la chapelle de Notre-Dame de la Menour sur une déclivité tournant souvent autour des 6%. Attention, une rude portion de 600 m à 9% vous attend juste avant Notre-Dame de la Menour où le passage sous une belle arche en pierre récompensera votre effort.
Puis une petite descente et un replat – 3,1 km – vous guidera jusqu’à Moulinet où vous attaquerez le final. Il ne sera pas facile : 12,3 km dont 7,2 km entre 6 et 8% de moyenne mais les 2300 derniers mètres à 4,5% vous permettront de bien finir pour atteindre le Col de Turini à 1604 m d’altitude. Ah j’oubliais, vous aurez encore droit à une belle série de lacets, symboles marquants de ce col.

VERSANT SUD
variante 1b

Toujours au départ de Sospel, une longue variante de 35,7 km avec 1456 m de D+ à 4,5% de moyenne qui vous fera franchir pas moins de 6 cols en plus du Col de Turini.
L’ascension commence par l’enchaînement de 2 cols : le Col-St-Jean – 642 m – très régulier avec 5,5 km à 5,5% puis le Col de Braus – 1002 m – un peu plus difficile avec 6 km à 6% dont un passage 725 m à 8,5%.
Ensuite, vous vous dirigerez vers un troisième col, celui de l’Ablé – 1149 m – 5,5 km avec une ascension irrégulière mais assez facile puisque vous enchaînerez une courte descente, un passage de 2,3 km à 6%, un autre moins soutenu – 3 / 4% – jusqu’à Plan Constant et enfin 950 m de descente.
Entre le Col de l’Ablé et le Col de l’Orme – 1005 m -, rien à faire puisqu’il faudra descendre durant 2,6 km. Peu d’effort aussi à fournir pour joindre le Pas de l’Escous – 1008 m – avec 850 m sur un léger faux-plat montant.
Par contre, il faudra remettre le moteur en marche pour grimper à la Baisse de la Cabanette – 1372 m – avec 5,3 km sur une pente à 7% de moyenne mais une belle série d’épingle vous aidera à surmonter cette difficulté.
Il vous restera 10 km qui ne présenteront pas de problème si ce n’est peut-être un peu de fatigue. En passant par Peïra Cava, c’est une succession de faux plats montants et descendants interrompus par un passage de 750 m à 6% au KM29 et un autre de 500 m à 9% au KM31,6. Après avoir franchi un point culminant à 1609 m, vous atteindrez dans une petite descente le Col de Turini à 1604 m d’altitude.

VERSANT SUD
variante 2a

Au départ de l’Escarène, une variante longue de 26,3 km pour 1249 m de D+ à 5% de moyenne. Vous débuterez par une ascension jusqu’à Lucéram avec 5,6 km à 4,5%. Toutefois, méfiez-vous de ce chiffre un peu trompeur : la moitié de ce passage se grimpe sur des pentes à 5,5% de moyenne.
Entre Lucéram et le Pas de l’Escous – 1008 m – ce sera plus corsé : 5,7 km à 7%. Même topo entre le Pas de l’Escous et la Baisse de la Cabanette – 1372 m – avec 5,3 km sur une pente à 7% de moyenne mais une belle série d’épingle vous aidera à surmonter cette difficulté.
Il vous restera 10 km qui ne présenteront pas de problème si ce n’est peut-être un peu de fatigue. En passant par Peïra Cava, c’est une succession de faux plats montants et descendants interrompus par un passage de 750 m à 6% au KM29 et un autre de 500 m à 9% au KM31,6. Après avoir franchi un point culminant à 1609 m, vous atteindrez dans une petite descente le Col de Turini à 1604 m d’altitude.

VERSANT SUD
variante 2b

Toujours au départ de l’Escarène, une variante longue de 26,9 km pour 1249 m de D+ à 5% de moyenne. Vous débuterez par une ascension jusqu’à Lucéram avec 5,6 km à 4,5%. Toutefois, méfiez-vous de ce chiffre un peu trompeur : la moitié de ce passage se grimpe sur des pentes à 5,5% de moyenne.
À Lucéram, prendre la direction du Col St-Roch où une montée assez régulière de 6,7 km à 5,5% vous attend. Jusqu’au Col St-Roch – 990 m – prenez garde à en avoir garder sous la pédale car pour poursuivre vers la Baisse de la Cabanette, vous grimperez le passage le plus éprouvant de cette ascension : 3,7 km à… 9,5% de moyenne ! La déclivité montera même jusqu’à 10,5% durant 600 m ! Heureusement les 1000 derniers mètres à 3,5% jusqu’à la Baisse de la Cabanette – 1372 m – vous sauveront la mise.
Il vous restera 10 km qui ne présenteront pas de problème si ce n’est peut-être un peu de fatigue. En passant par Peïra Cava, c’est une succession de faux plats montants et descendants interrompus par un passage de 750 m à 6% au KM29 et un autre de 500 m à 9% au KM31,6. Après avoir franchi un point culminant à 1609 m, vous atteindrez dans une petite descente le Col de Turini à 1604 m d’altitude.

VERSANT SUD
variante 2c

Encore une fois au départ de l’Escarène, une variante un peu plus longue de 33,3 km pour 1430 m de D+ à 5% de moyenne. Vous prendrez la direction de Touët-de-l’Escarène – 1,5 km à 5,5% – et suivrez la D2204 qui monte au Col de Braus. La pente va se durcir durant 1,3 km à 8,5%, ce sera le passage le plus difficile de cette ascension. Les affaires se calment ensuite – 1,4 km à 5% – jusqu’à un pont situé entre St-Laurent et les Faiscia où débute une spectaculaire série de lacets – 5,4 km à 6,5 / 7%.
Juste avant d’arriver au Col de Braus (env. 250 m), il faudra prendre à gauche la D54 qui vous mènera Col de l’Ablé – 1149 m – avec un passage de 2,3 km à 6%, un autre moins soutenu – 3 / 4% – jusqu’à Plan Constant et enfin 950 m de descente.
Entre le Col de l’Ablé et le Col de l’Orme – 1005 m -, rien à faire puisqu’il faudra descendre durant 2,6 km. Peu d’effort aussi à fournir pour joindre le Pas de l’Escous – 1008 m – avec 850 m sur un léger faux-plat montant. Par contre, il faudra remettre le moteur en marche pour grimper à la Baisse de la Cabanette – 1372 m – avec 5,3 km sur une pente à 7% de moyenne mais une belle série d’épingle vous aidera à surmonter cette difficulté.
Il vous restera 10 km qui ne présenteront pas de problème si ce n’est peut-être un peu de fatigue. En passant par Peïra Cava, c’est une succession de faux-plats montants et descendants interrompus par un passage de 750 m à 6% au KM29 et un autre de 500 m à 9% au KM31,6. Après avoir franchi un point culminant à 1609 m, vous atteindrez dans une petite descente le Col de Turini à 1604 m d’altitude.

VERSANT SUD
variante 3

Au départ de Contes, c’est la variante la plus longue avec 36,2 km pour le plus gros dénivelé positif, 1544 m à 5% de moyenne. Vous débuterez par une ascension progressive jusqu’à Coaraze en passant par Bendejun – 9,1 km, les 3,6 derniers kilomètres sont à 6 / 6,5%.
Ensuite, pour joindre le Col du Savel – 972 m – ce sera très irrégulier : 11 km répartis en une descente de 2,1 km, une montée de 1,6 km à 4 / 6%, un très léger faux plat montant de 850 m, une nouvelle descente de 1,5 km et enfin une remontée qui va faire mal aux cuisses avec 5 km à 8% de moyenne.
Heureusement les affaires seront plus calmes pour rejoindre le Col St-Roch avec une légère montée de 700 m à 3,5% suivi d’un replat de 550 m et d’une… courte descente.
Jusqu’au Col St-Roch – 990 m – prenez garde à en avoir garder sous la pédale car pour poursuivre vers la Baisse de la Cabanette, vous grimperez le passage le plus éprouvant de cette ascension : 3,7 km à… 9,5% de moyenne ! La déclivité montera même jusqu’à 10,5% durant 600 m ! Heureusement les 1000 derniers mètres à 3,5% jusqu’à la Baisse de la Cabanette – 1372 m – vous sauveront la mise.
Il vous restera 10 km qui ne présenteront pas de problème si ce n’est peut-être un peu de fatigue. En passant par Peïra Cava, c’est une succession de faux plats montants et descendants interrompus par un passage de 750 m à 6% au KM29 et un autre de 500 m à 9% au KM31,6. Après avoir franchi un point culminant à 1609 m, vous atteindrez dans une petite descente le Col de Turini à 1604 m d’altitude.

VERSANT NORD-SUD

Une ascension longue de 30,2 km pour 1335 m de D+ à 5,5% de moyenne. Depuis Lantosque, vous avez effectivement la possibilité de grimper plus directement au Col de Turini en empruntant le versant Ouest décrit plus haut mais je vous propose une variante qui va vous faire diriger vers les Cols de la Porte et St-Roch puis remonter vers le Col de Turini.
Vous débuterez par un bon échauffement de 4,3 km à 5% jusqu’à St-Arnoux. Une descente de 2,2 km vous y attend jusqu’au Pont de l’Infernet.
Les vacances sont terminées, il faudra fournir un bel effort pour grimper au Col de la Porte – 1057 m – avec 6,8 km à 7,5% dont un passage final de 450 m à 9,5%.
La descente de 2,5 km vers le Col St-Roch vous sauvera la mise. Jusqu’au Col St-Roch – 990 m – prenez garde à en avoir garder sous la pédale car pour poursuivre vers la Baisse de la Cabanette, vous grimperez le passage le plus éprouvant de cette ascension : 3,7 km à… 9,5% de moyenne ! La déclivité montera même jusqu’à 10,5% durant 600 m ! Heureusement les 1000 derniers mètres à 3,5% jusqu’à la Baisse de la Cabanette – 1372 m – vous sauveront la mise.
Il vous restera 10 km qui ne présenteront pas de problème si ce n’est peut-être un peu de fatigue. En passant par Peïra Cava, c’est une succession de faux plats montants et descendants interrompus par un passage de 750 m à 6% au KM29 et un autre de 500 m à 9% au KM31,6. Après avoir franchi un point culminant à 1609 m, vous atteindrez dans une petite descente le Col de Turini à 1604 m d’altitude.

TOUR DE L’AUTHION

Bonus au Col de Turini, s’il vous reste des forces, vous pourrez vous engager dans le mystérieux tour de l’Authion et atteindre par la même occasion les 2000 m (2024 m) !

Le tour de l’Authion consiste à réaliser un circuit total de 16,7 km en aller-retour comportant une boucle de 9 km. La première rampe se fait par des pourcentages soutenus à 7 /8%. Après 1,9 km, on atteint la petite station de la Baisse du Camp d’Argent – 1737 m – et après 3,8 km, la Baisse de Tueis – 1 889 m.
De là commence la boucle de l’Authion. Cependant le revêtement de la route, bon jusqu’ici, se dégrade sur la boucle, devient étroite et à sens unique. Le profil est descendant – 3,9 km – pour atteindre les ruines d’un ancien camp au lieu-dit Vacherie de Cabanes Vieilles (1 777 m) où se situe un char Stuart M5.
La route grimpe ensuite jusqu’au pied de l’Authion – 2 024 m et point culminant de la route – mais l’effort sera conséquent avec 2,8 km à 8,5 / 9,5% ! La Redoute des Trois Communes (2 080 m), point culminant de l’Authion est accessible par un sentier pédestre uniquement. La route descend ensuite – 2,5 km – jusqu’à la Baisse de Tueis où vous pourrez poursuivre jusqu’au Col de Turini.

 

Préalpes de Nice

Col de Turini / Versant OuestVERSANT OUEST

Distance : 15,2 km
Départ : M2565
D+ : 1104 m
% moyen : 7,5%
% maxi : 8% sur 2355 m et 3915 m

 

Col de Turini / Versant Sud - variante 1aVERSANT SUD
variante 1a

Distance : 25,3 km
Départ : Sospel
D+ : 1263 m
% moyen : 5%
% maxi : 9% sur 605 m

 

Col de Turini / Versant Sud - variante 1bVERSANT SUD
variante 1b

Distance : 35,7 km
Départ : Sospel
D+ : 1456 m
% moyen : 4,5%
% maxi : 9% sur 605 m

 

Col de Turini / Versant Sud - variante 2aVERSANT SUD
variante 2aCol de Turini / Versant Sud - variante 2b

Distance : 26,5 km
Départ : L’Escarène
D+ : 1249 m
% moyen : 5%
% maxi : 9% sur 520 m

 

VERSANT SUD
variante 2b

Distance : 26,9 km
Départ : L’Escarène
D+ : 1249 m
% moyen : 5%
% maxi : 10,5% sur 600 m

 

Col de Turini / Versant Sud - variante 2cVERSANT SUD
variante 2c

Distance : 33,3 km
Départ : L’Escarène
D+ : 1430 m
% moyen : 5%
% maxi : 9% sur 520 m

 

Col de Turini / Versant Sud - variante 3VERSANT SUD
variante 3

Distance : 36,2 km
Départ : Contes
D+ : 1544 m
% moyen : 5%
% maxi : 10,5% sur 600 m

 

Col de Turini / Versant Nord-SudVERSANT NORD-SUD

Distance : 30,2 km
Départ : Lantosque
D+ : 1335 m
% moyen : 5,5%
% maxi : 10,5% sur 600 m

 

Tour de l'AuthionTOUR DE L’AUTHION

Distance : 16,7 km
Départ : Col de Turini
D+ : 532 m
% moyen : 8%
% maxi : 9,5% sur 975 m

 

  1. Fabien

    Bravo pour ce très beau travail pour lister toutes ces variantes. Quand on arrive au col de Turini, c’est un véritable carrefour, je comprends mieux en voyant tout ces profils!
    Pour ma part, j’ai effectué le versant Ouest lors de la Route de Grandes Alpes (sens Nord-Sud) et j’en garde un très beau souvenir. Les premiers kilomètres offrent de jolis points de vue sur la vallée de la Vésubie puis on poursuit l’ascension sur une route sinueuse entre roches et forêts. La pente est régulière. Il n’y a pas de points de repères (pas de borne kilométrique à chaque km comme dans beaucoup d’ascensions, pas de village après la Bollène), on se demande parfois quand arrive le sommet!
    Pour la descente par Moulinet, la route était en mauvais état avec des irrégularités dans le revêtement lors de mon passage (été 2017).

    • Merci Fabien pour ton message. Je pense que ce doit être une super ascension et malgré que ce col est un vrai carrefour, ça doit être très tranquille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén